Lassadi-interview-destination-tunisie
Fil info

Tarek Lassadi: «Le casse-tête chinois des entreprises touristiques pour cohabiter avec le virus»

Tarek Lassadi: «Le casse-tête chinois des entreprises touristiques pour cohabiter avec le virus»

Lassadi-interview-destination-tunisie

Loin de se cantonner à une simple analyse limitée à son seul périmètre d’activité, Tarek Lassadi, qui fut le premier sur le marché local à lancer une agence de voyage en ligne, privilégie une lecture macro-économique des retombées de la crise liée au coronavirus sur l’activité touristique en général et ses implémentations sur la Tunisie.

 

Ce qu’il faut garder à l’esprit tout d’abord, c’est le contexte dans lequel cette crise sanitaire s’est abattue sur l’humanité : 

Il faut rappeler qu’avant le coronavirus,  les USA enregistraient un déficit colossal de plus de 1000 milliards $ en 2019 et que leur taux de croissance était d’un peu plus de 2%. En face, la Chine enregistrait un peu plus de 6% de croissance. A ce rythme, en 2030 (soit dans 10 ans), l’économie chinoise pèsera deux fois l’économie américaine. Déroutant n’est-ce pas ??!!

Les conséquences après la pandémie de coronavirus:

La Chine, en la comparant avec l’Europe et les USA, est le pays le moins impacté par cette pandémie qui est pourtant partie de son sol. De l’autre côté, la panique qui s’est emparée des Etats-Unis est sans précédent, l’économie s’étant effondrée comme une pierre qui tombe.

##dt20##

Dans le même temps, Jack Ma (patron d’Alibaba, ndlr) (donc la Chine) offre aux 54 pays africains 20 000 kits de tests, 100 000 masques et 1 000 combinaisons de protection à usage médical.

Quelle sera la croissance des USA au cours des prochaines années ? Va-t-on attendre encore 10 ans pour que l’économie chinoise pèse le double de l’économie américaine ? Quel sera le degré d’influence de chacun de ces deux géants sur le reste du monde ?

tarek-lassadi-traveltodo-tunisie

Par ailleurs, comme l’a dit Jacques Attali (l’écrivain et économiste français ndlr): « Pour conduire avec succès et au plus vite les recherches sur les vaccins et les médicaments, puis pour les développer et les distribuer, il faudrait, selon l’OMS, un budget de l’ordre de 53 milliards de dollars. Pourtant, cet argent, on ne le trouve pas. Personne ne lance ce projet massif dont tout dépend. Étrange sidération devant les enjeux du réel. On a su le faire pour aller sur la Lune. On est en train de le faire pour aller sur Mars. Et là, alors que toute la vie de la planète en dépend, on ne ferait rien ? On marche sur la tête ! »

L’humanité doit se remettre réellement en cause cette fois-ci car nous ne sommes malheureusement pas à l’abri d’autres pandémies encore plus ravageuses, et ce sont les experts qui le disent.

Et la Tunisie dans tout ça ?

Il y a tout un verbiage qui se développe; tout le monde a sa propre vision sur le déconfinement, sur l’impact économique, sur les modalités de la renaissance. Tout le monde devient épidémiologiste, tout le monde est économiste, tout le monde pense avoir une solution, voire détenir la vérité…! Mais je pense que le premier acte va être de savoir comment sortir de ce confinement ; ou plutôt, comment va-t-on s’en sortir ?

Le casse-tête chinois des entreprises touristiques pour cohabiter avec le virus :

A mon avis, tout ce que les hôteliers, restaurateurs, agences de voyage et compagnies aériennes vont entreprendre pour reprendre leurs activités suite à la présence de ce virus constituera un investissement sur le long-terme.

D’abord, selon les experts du monde entier, nous n’aurons pas un vaccin avant un à deux ans. De même que l’on a préconisé le préservatif pour le sida et les maladies sexuellement transmissibles, on trouvera les solutions adéquates au coronavirus. Les gestes qui nous paraissent très contraignants actuellement seront intégrés dans nos réflexes quotidiens, comme le fait de se brosser les dents après chaque repas.

Les entreprises touristiques feront d’énormes investissements pour reprendre leurs activités, tout en sachant que si la courbe redevient ascendante, les gouvernements seront contraints de confiner de nouveau !

tarek-lassadi

Notre activité sera-t-elle rentable avec le coronavirus?

Pour les compagnies aériennes et de chemins de fer, on parle beaucoup ces derniers temps du siège vide du milieu. Ryanair refuse de faire voler ses avions car elle n’atteindra pas son seuil de rentabilité. Ce sera la même chose pour les autres compagnies aériennes régulières. Un cadre de la SNCF en France déclare qu’avec la distanciation sociale et le taux de remplissage imposé, leur activité ne sera pas rentable.

Pour l’industrie hôtelière et la restauration, qu’en sera-t-il ?

Le géant hôtelier français Accor et Bureau Veritas, spécialisé dans l’inspection et la certification, unissent leurs forces pour développer un label visant à certifier que le niveau de sécurité et des mesures d’hygiène est adapté à la reprise d’activité dans l’hôtellerie-restauration.

C’est une bonne nouvelle à vrai dire, mais avec les restrictions au niveau de l’occupation, et l’état d’âme des clients au moment du retour, rien n’est gagné ! Ce qui est sûr, c’est que l’on embauchera moins, on paiera moins de salaires mais c’est le client qui paiera plus.

Les agences de voyage en Tunisie : 

La crise sera longue malheureusement, car même si le tourisme intérieur reprendra progressivement mais d’une manière partielle, l’outgoing mettra beaucoup plus de temps à revenir. Idem pour l’activité billetterie et la Omra car la situation ne dépendra pas uniquement de la Tunisie, tout dépendra de l’évolution des choses dans les autres pays. 

lassadi-tarek

Quelle sortie de crise ?

Elie Cohen (économiste et directeur de recherche au CNRS français) prévoit 3 scénarios que je partage:

Le premier scénario est un scénario en V. C’est-à-dire qu’on plonge très profondément, on touche le fond du bassin et on rebondit rapidement. C’est le scénario le plus vertueux.

Le deuxième scénario est le scénario en U. On plonge, on reste au fond du bassin un certain temps, le temps de la crise, plusieurs mois (pas de reprise avant l’été ou l’automne selon certains) et là, cela nous envoie dans une perte de PIB qui est beaucoup plus importante que les 3%.

Et puis, il y a un scénario encore plus catastrophique, c’est le scénario en W. On plonge, on rebondit, puis la crise sanitaire repart, donc on replonge, on se remet en confinement… Là, cette succession de périodes de confinement et de redémarrages, c’est le scénario noir absolu et c’est ce qu’il faut absolument éviter.

C’est pour cela que les modalités de sortie de la crise avec généralisation des tests pour la sortie du confinement me semblent être le scénario économique préférable.

Les pays qui n’ont pas confiné leur population (comme le Japon, la Corée du sud, la Suède) n’ont pas connu d’évolutions plus négatives que les autres pays. Ceux qui, au contraire, ont confiné le mieux et le plus vite (France, Italie, Espagne) sont ceux où il y a eu le plus de morts !!

Le secret est dans la discipline et la responsabilité de chacun de nous. Nous ne vaincrons cette épidémie, pour redémarrer notre économie, qu’avec l’engagement des 11 millions de Tunisiens. On ne peut mettre un policier derrière chaque citoyen.

J’irais même à placer des dénonciateurs bénévoles partout dans le pays pour constater les irrégularités post-déconfinement sur le terrain et les rapporter aux autorités concernées.

 

Lire aussi les autres intervenants au Think-Tank DestinationTunisie.info #Covid-19

Ridha Habazi, directeur général de l’hôtel Golden Yasmine Taj Sultan

Nadaa Ghozzi, directrice générale de l’agence de voyage Select Travel

Wissem Ben Ameur, directeur général de l’agence Liberta Voyages

Anis Suissi, directeur Commercial et Marketing dans l’hôtellerie à Hammamet

Nebil Sinaoui, propriétaire de Maison Didine, Signature Traiteur et Le Gourmet

Tarek Lassadi, directeur général de l’agence de voyage Traveltodo

Mourad El Kallal, hôtelier à Djerba et ancien tour-opérateur 

Jabeur Ben Attouch, président de la FTAV

Anis Sehili, directeur commercial central groupe El Mouradi

Karim Kamoun, agent de voyages, hôtelier, tour-opérateur

Dr Samy Allagui, consultant en services de santé

Mehdi Hachani, président de la Fédération tunisienne des guides agréés de tourisme

Thierry Breton, commissaire européen pour le marché intérieur

 

 

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.