restaurateurs-FTRT
Fil info

Les restaurateurs inquiets de la situation qui prévaut dans leur secteur

Les restaurateurs inquiets de la situation qui prévaut dans leur secteur

restaurateurs-FTRT

Les restaurateurs, sous l’égide de leur fédération professionnelle, la FTRT, ont choisi de tenir leur assemblée générale annuelle au sein de l’Institut supérieur des études touristiques de Sidi Dhrif.

Fraîchement nommé ministre du Tourisme, Habib Ammar a ouvert ce matin les travaux de l’assemblée générale de la FTRT (Fédération tunisienne des restaurants touristiques) pour réaffirmer son attachement à une coordination davantage efficace entre l’administration et la profession. «l’actuelle crise sanitaire a profondément bousculé nos méthodes de travail, d’où la nécessité de changer fondamentalement nos approches et nos méthodes d’action et plus encore les concertations entre tous les intervenants du secteur qu’ils soient publics ou privés  » a déclaré le ministre.

assemblee-generale-ftrt

Il a, à ce propos, annoncé la création d’un comité de coordination qu’il présidera et qui réunira tous les responsables des organisations professionnelles avec pour mission d’assurer un suivi permanent, voire quotidien, des dossiers et des préoccupations des professionnels en vue de trouver les meilleures solutions et dans les meilleurs délais.

Avant d’ajouter :  » le secteur des restaurants touristiques, qui revêt une grande importance dans le paysage touristique national, se doit d’être soutenu afin qu’il puisse continuer à assumer les charges économiques et sociales qui lui sont dévolues et à consolider l’attractivité touristique de la Tunisie ».

Auparavant, Sadok Kouka, président de la FTRT mettait en relief l’ampleur de la crise sur cette activité qui s’est soldée par une baisse drastiques du chiffre d’affaires, des faillites et des pertes d’emplois.

L’assemblée a connu une forte affluence de restaurateurs adhérents de la FTRT qui ont exposé plusieurs préoccupations se rapportant notamment au déficit de fréquentation, aux difficultés d’accès aux crédits bancaires, à la préservation des emplois, à la forte taxation fiscale et à la multitude des structures d’inspection et de contrôle ainsi qu’au caractère obsolète des lois qui régissent le secteur.

L’événement s’est déroulé en présence de Lassaâd Gharbi, directeur de la sécurité touristique, Moez Belhassine, directeur général de l’Office national du tourisme tunisien et Hédi Chabaâne, directeur central du produit à l’ONTT.

Lire sur le même thème:

La STEG coupe maintenant l’électricité aux restaurants touristiques

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.