tunisair-direction-generale
Fil info

Le management de Tunisair dos au mur face à une énième crise

Le management de Tunisair dos au mur face à une énième crise

tunisair-direction-generale

Au sein de la compagnie aérienne publique, les crises vont et viennent au rythme des pannes d’avion. Le management attend des mesures que le gouvernement ne se résout toujours pas à entreprendre.

Chez Tunisair, les crises sont en dents de scie: il peut se passer plusieurs mois sans difficulté majeure et sans que l’on ne parle plus de la compagnie. Mais les problèmes techniques récurrents que subissent ses avions la remettent immédiatement sur le devant de la scène.

Ces derniers jours, le transporteur public a enregistré des pannes sur, au moins, 4 de ses appareils. Sachant que la compagnie opère à flux tendus sans aucune machine de remplacement en back-up pour parer à tout problème, la moindre immobilisation entraîne un effet domino qui génère des retards à n’en plus finir.

Dimanche dernier (23 octobre), le vol Tunis-Casa est parti avec près de 5h de retard, plus de 7h pour celui d’Abidjan, tandis que ceux de Barcelone et Istanbul sont partis 8h après l’horaire initial. Quant à Nouakchott, il a enregistré 12h de retard.

Face au ministre du Transport

Suite à ces nombreuses perturbations des vols, le Top management de Tunisair  (photo ci-dessus) s’est retrouvé chez le ministre du Transport, Rabie El Majidi. Ce dernier a appelé à « définir les responsabilités suite aux perturbations enregistrées et à prendre les mesures nécessaires face à la situation pour un retour à la normale du trafic ».

majidi-rabie-ministre

Au siège du ministère du Transport le 24 octobre 2022, le ministre convoque le management de Tunisair.

Sauf que le ministre du Transport n’a proposé aucune mesure concrète en faveur de la compagnie pour l’aider à sortir de l’imbroglio dans lequel elle se trouve. Il a au contraire déclaré que l’Etat ne se désengagera pas de Tunisair et qu’il n’est pas question de la privatiser ni de s’en séparer. Un message on ne peut plus clair à l’endroit de ceux qui appellent à ouvrir le capital de la compagnie à un partenaire stratégique pour sauver ce qu’il reste à sauver.

Cette annonce gouvernementale confirme une fois encore que le dossier Tunisair n’est pas prêt d’évoluer en dépit de sa situation financière et technique. Les différents plans de restructuration restent lettres mortes. Ce qui n’est cependant pas pour déplaire aux syndicats qui continuent de brandir leurs sempiternelles revendications: les droits inaliénables et les intérêts du personnel.

Seule lueur d’espoir, l’arrivée imminente d’un tout nouvel Airbus A320 Neo dans les prochains jours dans le cadre de son plan de rajeunissement de flotte. Mais cet appareil, tout moderne qu’il soit, ne pourra faire le printemps de Tunisair.

H.H

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.