voyages-tunisie
Fil info

Conditions de voyages en Tunisie : l’urgence de lever les incohérences

Conditions de voyages en Tunisie : l’urgence de lever les incohérences

voyages-tunisie

Depuis le 27 octobre 2021, les autorités sanitaires tunisiennes ont rétabli certaines restrictions aux frontières pour contenir les risques de nouvelles contaminations par le Covid. Sauf que plusieurs contradictions dans les textes donnent du fil à retordre aux voyageurs.

Pourquoi les mineurs non vaccinés voyageant avec leurs parents vaccinés sont-ils soumis à un auto-isolement de 7 jours après leur arrivée en Tunisie ? «Cette décision est un frein terrible aux voyages des familles, à un moment où l’activité touristique reprend lentement mais sûrement» s’interroge un professionnel du tourisme de retour du salon WTM Londres qui s’est achevé hier.

«Nous avons des charters de TUI qui programment l’aéroport d’Enfidha à partir du 5 novembre et pour les Britanniques, cette disposition touchant aux enfants est tout simplement une manière de faire dévier les candidats au voyage vers une autre destination».

«Si l’on s’en tient aux textes stricto-sensus tels qu’ils ont été rédigés, une famille de touristes logeant dans un hôtel en Tunisie devra confiner les enfants dans la chambre (bébés y compris, car non vaccinés) tandis que les parents vaccinés pourront bronzer au bord de la piscine » souligne dépité un réceptif de tour-opérateur. «C’est à croire que cette mesure est juste là pour montrer que les pouvoirs publics travaillent, mais cela revient finalement à faire des ronds dans l’eau».

E7MI, l’application «à côté de la plaque»

Ce formulaire à remplir en ligne par tout voyageur arrivant de l’étranger est une aberration administrative. «Elle est totalement à côté de la plaque » s’insurge un passager de retour de Dubaï. «D’abord faut-il que l’application marche car elle est le plus souvent en panne que fonctionnelle». La dernière note adressée par la DGAC (direction générale de l’Aviation civile tunisienne) aux compagnies aériennes précise que celles-ci sont tenues de remplir le formulaire si le passager n’a pas pu effectuer la procédure pour des raisons techniques. Signe donc que l’administration est bien au courant de la problématique.

Mais le plus grave, c’est l’absence de mise à jour des informations qui y figurent, ce qui donne du fil à retordre aux professionnels du voyage et aux passagers. La version toujours d’usage exige encore du voyageur de signer un engagement à se confiner à l’hôtel pendant 10 jours même s’il a coché la case vacciné. «C’est la preuve que ces décisions sont prises dans des bureaux sans en évaluer les conséquences» déplore un agent de voyage spécialisé dans la billetterie aérienne.

Il n’empêche que les voyageurs qui font l’effort de la remplir d’eux-mêmes dans une démarche volontaire y découvrent des mesures en contradiction avec celles annoncées par les autorités. L’application E7mi avait été déployée au début de la pandémie dans un but de «contact-tracing». Si l’intention était peut-être justifiée à la base, elle est devenue aujourd’hui source de problèmes.

«Pourquoi personne n’a le courage d’assumer sa suppression, comme s’il s’agissait d’un sujet tabou ? Elle n’a plus de sens et cause désormais beaucoup de tort au secteur du voyage» ajoute notre interlocuteur qui confirme qu’elle n’est jamais demandée à l’arrivée dans le pays.

Dans un contexte sanitaire où il est compréhensible que les règles changent fréquemment, les dispositions administratives doivent toutes aller de pair. Le tourisme et le transport aérien ont déjà assez souffert de la crise Covid. Que des incohérences administratives viennent les freiner dans leur élan de reprise est tout simplement aberrant.

Hédi HAMDI

Lire aussi: La Tunisie rétablit des restrictions à ses frontières, y compris pour les touristes

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.