Révélations : les dessous de l’affaire de l’aéroport d’Enfidha Reviewed by Momizat on . Novembre 2009. La propagande s'extasie des dernières élections présidentielles qui viennent de « plébisciter » Ben Ali, réélu avec 89,62 % des voix. Ce score à  Novembre 2009. La propagande s'extasie des dernières élections présidentielles qui viennent de « plébisciter » Ben Ali, réélu avec 89,62 % des voix. Ce score à  Rating: 0
Accueil » Fil aérien » Révélations : les dessous de l’affaire de l’aéroport d’Enfidha

Révélations : les dessous de l’affaire de l’aéroport d’Enfidha

Novembre 2009. La propagande s’extasie des dernières élections présidentielles qui viennent de « plébisciter » Ben Ali, réélu avec 89,62 % des voix. Ce score à  la stalinienne ne suffit cependant pas aux gourous du régime de l’époque qui ont besoin de poursuivre sans relâche le matraquage en cette période marquée par les festivités du 7 Novembre. Il faut donc trouver encore un vecteur de communication porteur, pompeux, flatteur. Abderrahim Zouari, à  l’époque ministre du Transport, a vite fait de trouver le prétexte qu’il faut : l’aéroport d’Enfidha, déjà  baptisé
« Aéroport Zine El Abidine Ben Ali ». Le projet est grandiose : 550 millions d’euros ont été injectés pour sa construction et il est prêt dans les délais. La presse est convoquée d’urgence sur place pour venir admirer ce chef d’œuvre mis sur le compte des « réalisations du Changement ». Fier comme un coq, Mohamed Chérif, à  l’époque P-DG de l’Office de l’Aviation Civile et des Aéroports (OACA), s’affiche en première ligne face aux caméras et aux objectifs des photographes. Il cherche même à  s’accaparer le premier rôle devant le P-DG de l’époque de TAV Airports Holding Tunisie, la société turque qui a bâti l’aéroport sur ses propres deniers dans le cadre d’un accord de concession passé avec l’Etat tunisien quelques années auparavant. L’aéroport d’Enfidha est certes achevé en ce mois de novembre 2009, mais il est encore en attente des dernières certifications internationales. Qu’à  cela ne tienne, on doit annoncer à  l’opinion qu’il est fin-prêt à  accueillir ses premiers avions. Le projet est certes grandiose et tout semble aller pour le mieux. Sauf que dans les coulisses, quelque chose est en train de se tramer.

Aéroport ZABA & Co

Quand nous rencontrons, ce 9 mars 2011 à  Berlin, Dr. Mustafa Sani Sener, président du directoire du holding TAV Airport (photo ci-dessus), la première question qui nous vient à  l’esprit, en tant que journaliste tunisien, est de savoir pourquoi a-t-il choisi d’appeler l’aéroport « Enfidha Zine El Abidine Ben Ali ». La réponse de l’intéressé est immédiate : « ce n’est pas nous qui choisissons les noms des aéroports que nous exploitons. C’est l’OACA qui avait décidé de cette appellation. Pour preuve, il vient tout récemment de nous informer qu’il devra s’appeler désormais « aéroport Enfidha-Hammamet ».

Cet aéroport a été construit en moins de deux ans par la société turque TAV, dont le capital est détenu par le holding lui-même, à  hauteur de 67%, par l’IFC (Banque mondiale) avec 15% et les 18% restants par le Fonds panafricain de développement des infrastructures. La société est cotée en bourse et son président est formel : il n’y a jamais eu de participation tunisienne dans le capital. Cette précision n’est pas anodine car à  maintes reprises sous l’ère Ben Ali, on avait prêté à  la TAV son intention d’ouvrir une partie de son capital à  un investisseur local suite à  de prétendues difficultés financières rencontrées par l’entreprise. En réalité, ce sont certains membres de l’ancien clan familial, alléchés par les perspectives prometteuses de l’aéroport, qui auraient tenté d’entrer (gracieusement ?) dans le capital. Mais face au refus catégorique de la partie turque, la réplique a été de discréditer à  tout prix l’image de l’entreprise pour la forcer à  céder au chantage. Tout a donc été mis en œuvre pour empêcher l’aéroport de prendre son envol correctement, à  commencer par son inauguration. « Nous avions voulu inaugurer officiellement l’aéroport pour l’annoncer au monde. L’ambassade de Turquie en Tunisie avait même informé les autorités que Abdullah Gül, le président de la République turque, était disposé à  venir couper le ruban avec son homologue tunisien, mais aucune réponse n’a été rendue » a regretté le patron de TAV Holding. Pour ne pas arranger la situation, Tunisair n’y ouvre aucune ligne régulière et Nouvelair (à  l’époque contrôlée par Belhassen Trabelsi), refuse d’utiliser la plate-forme.

Conséquence : la première année d’exploitation de l’aéroport (2010) n’atteint pas ses objectifs en termes de réalisations. « Nous avions besoin de revenus et personne n’a voulu venir à  Enfidha, à  part Tunisair (très peu) tandis que Nouvelair n’a pas voulu venir bien que nous ayons réalisé de gros investissements et recruté du personnel » a déploré Mustafa Sani Sener. De plus, les autorités de l’époque ont également refusé de faire migrer le trafic de Monastir vers celui d’Enfidha. « Je certifie en tout cas que nous n’avons traité qu’avec l’Etat tunisien et personne d’autre. Certains nous ont par exemple demandé de faire du catering sur notre aéroport et nous avons décliné l’offre car nous disposons de notre propre service et nous pouvons le gérer ».

L’après Révolution

Alors que la Tunisie était encore en pleine euphorie révolutionnaire, TAV décrochait dès le 15 janvier 2011 du fronton de l’aéroport d’Enfidha l’inscription « Zine El Abidine Ben Ali ». Le 21 février, Dr Sener venait à  Tunis pour y rencontrer Yassine Brahim, le ministre du Transport et de l’Equipement, puis, le 9 mars 2011 à  Berlin, il s’entretenait avec Mehdi Houas, le ministre du Commerce et du Tourisme. « Je leur ai fait part de mon souhait de faire inaugurer l’aéroport de manière officielle parce qu’Enfidha n’est pas seulement le meilleur aéroport en Afrique du nord mais le meilleur dans toute l’Afrique » a tenu à  souligner le patron de la TAV. Les deux ministres se seraient montrés très enthousiastes par rapport à  la demande, et même si aucune date n’a encore été fixée, les entraves d’hier sont de toute évidence levées.

Mais si d’un côté, l’opérateur turc peut désormais espérer voir son trafic évoluer de manière exponentielle, c’est par Monastir que les problèmes sont arrivés. Une grève sauvage entamée le 8 mars (et qui se poursuivait encore trois jours plus tard) a vite fait de saper le moral des troupes turques en Tunisie. Dr Sener s’est dit très attristé par les événements s’étant déroulés à  Monastir où certains parmi les grévistes ont brisé des vitres, décroché des enseignes portant le logo de la TAV et ont écrit sur un mur « non à  l’occupation ottomane ». Les grévistes ont revendiqué leur crainte de voir l’aéroport de Monastir fermer en avril prochain (voir notre article à  ce sujet).

« Pourquoi fermer Monastir ? s’est exclamé le responsable. Nous y avons investi et ce ne serait pas logique ». Quant à  l’argument que le trafic a diminué sur Monastir, Dr. Mustafa Sani Sener a expliqué que la capacité réelle de Monastir est de 1,5 million de passagers si l’on veut offrir des services de qualité. Les 4 millions de passagers réalisés auparavant par l’aéroport l’ont été au dépend de la qualité des prestations. « Un aéroport, c’est la vitrine du pays, c’est la première et la dernière impression que l’on se fait de ce pays ». Dépité par la crise sociale de Monastir, il a voulu rappeler que les 550 millions d’euros investis en Tunisie l’ont été en pleine crise économique mondiale et que cela constituait un très bon exemple pour les investisseurs étrangers.

La promesse du premier responsable

« Je garantis que Monastir ne sera pas fermé, ce n’est pas le nôtre, c’est celui de l’Etat tunisien. Sa capacité sera maintenue à  1,5 million de passagers car il n’est pas en mesure de faire plus. D’ailleurs, il faut penser à  l’aspect environnemental et à  la pollution sonore provoquée par le trafic aérien de nuit sur les habitations et la zone touristique avoisinantes ». TAV Airport emploie sur ses deux aéroports en Tunisie environ un millier de salariés dont 30 seulement sont de nationalité turque. « Je considère que notre société en Tunisie est tunisienne et je veux qu’on la considère comme tel car c’est une fierté pour la Tunisie de disposer d’un aéroport comme celui d’Enfidha». Et le Dr Sener de fournir d’autres arguments : « pour chaque aéroport enregistrant un million de passagers supplémentaires, ce sont 1000 emplois directs qui sont créés et 2000 indirects. Les constructeurs aéronautiques sont prêts pour répondre à  la demande en appareils pour le futur proche, les compagnies aériennes sont prêtes à  l’augmentation du trafic aérien mondial, il n’y a que les aéroports qui ne sont pas prêts et la Tunisie a fait le bon choix en se voyant offrir cet aéroport sans rien payer ». Enfidha est actuellement apte à  gérer 7 millions de passagers par an et sa capacité extensible à  22 millions. Citant l’exemple turc, le responsable a déclaré que les aéroports de ce pays totalisaient 33 millions de passagers avant leur privatisation en 2000. Aujourd’hui, les aéroports turcs reçoivent 102 millions de passagers. « Et ce qui se passera avec la Tunisie » promet S. Sener.

En attendant et pour lancer son aéroport, TAV s’est engagée dans la promotion de la destination en incitant notamment les tour-opérateurs étrangers de venir en Tunisie. Sur plusieurs salons touristiques internationaux, l’opérateur turc a réservé un module sur les stands de l’ONTT au même titre que n’importe quelle autre entreprise tunisienne.

Hédi HAMDI

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page