Toumi-ministre-tourisme
Fil info

Tourisme: Mohamed Ali Toumi, politicien ou compétence technocrate ?

Tourisme: Mohamed Ali Toumi, politicien ou compétence technocrate ?

Toumi-ministre-tourisme

Chargé par le président de la République de former un nouveau gouvernement, Hichem Mechichi a annoncé hier qu’il ne choisirait que des compétences indépendantes loin de toute appartenance partisane. Dans quelle catégorie classera-t-il l’actuel ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Ali Toumi ?

Politicien ou technocrate ? Dans l’actuel gouvernement (démissionnaire) d’Elyès Fakhfakh, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohamed Ali Toumi, porte de toute évidence une double casquette. Celle de son parti Al Badil mais aussi celle du professionnel du tourisme, de l’ancien président de la FTAV et donc aussi celle du technocrate incontesté.

A quelques jours de la formation d’un nouveau gouvernement, la question est sur toutes les lèvres dans les milieux touristiques: Toumi sera-t-il reconduit ? Sauf qu’il ne s’agit pas d’une simple interrogation, mais d’une réelle inquiétude, en cette période où le secteur du tourisme traverse l’une des pires crises de son histoire.

Car le vrai danger aujourd’hui pour le tourisme, c’est de le voir dilué avec d’autres ministères au nom de la nouvelle sacro-sainte réduction du nombre de membres du gouvernement.

D’une part, on vous dira que le parti Al Badil n’a jamais été dans la polémique, qu’il n’a jamais pris part aux tensions et batailles rangées au sein du Parlement, et que son seul représentant au gouvernement, qui détient le porte-feuille du tourisme et de l’artisanat, est resté à l’écart des tergiversations pour ne se concentrer que sur le solutionnement des problématiques inédites que la crise du Covid-19 a créée.

D’autre part, on vous dira que Mohamed Ali Toumi, en tant que membre affirmé d’un parti, et en dépit de sa parfaite maîtrise des dossiers de son secteur, devra accepter les règles du jeu politique et céder sa place à un autre. Mais à qui ?

Hichem Mechichi aurait-il dans sa manche un fin-connaisseur de la chose touristique qu’il nous sortira à la dernière minute et qui saura reprendre la barre du ministère du Tourisme en cette période de pleine tempête ?

Dans un pays où le ridicule ne tue plus depuis longtemps, nombreux sont les candidats qui ont déjà postulé ou ont fait savoir leur prédisposition à occuper le poste. Et certaines « compétences » parmi celles qui se sont proposées ou qui rêvent d’être sollicitées sont à tomber par terre. De rire.

Mohamed Ali Toumi est arrivé au ministère du Tourisme parce qu’il avait un programme clair pour le secteur. Il a été retenu dans la formation gouvernementale d’Elyès Fakhfakh non pas par complaisance partisane ou par jeu politique mais parce qu’il a un plan stratégique avec une vision d’avenir fixée sur 2035. A la nuance près que depuis sa prise de fonction il y a 6 mois, le coronavirus en a voulu autrement.

Alors à ceux qui tirent sur tout ce qui bouge pour amuser la galerie sur Facebook, à ceux qui se bousculent pour faire parvenir leur CV sur le bureau du futur chef de gouvernement, j’aimerais juste leur demander s’ils veulent devenir ministre du Tourisme parce qu’ils détiennent la science infuse ? parce qu’ils ont découvert le vaccin contre le Covid-19 ? ou tout simplement pour épater leur belle-mère ?

Hédi HAMDI

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.