Fil info

Tourcom, ce réseau qui boude encore la Tunisie

Tourcom, ce réseau qui boude encore la Tunisie

Le retour du touriste français pourrait être entravé si la Tunisie demeurait absente des radars du deuxième réseau français d’agences de voyages indépendantes (Tourcom) ayant des réceptifs dans plus de 80 pays et regroupant plus de 800 agences de voyages. Pour mieux saisir l’importance de ce réseau, il est important de souligner que Tourcom a réalisé un volume d’affaires global de 2,7 milliards d’euros en 2017.

Malheureusement, ce réseau boude encore la Tunisie, estimant que le pays n’est pas suffisamment sécurisé. Ceci est en fait l’avis du président de Tourcom, Richard Vainpoulos, clairement formulé et annoncé dans une interview accordée au site français spécialisé « Le Quotidien du Tourisme ». «On pourrait intégrer d’autres destinations, comme la Tunisie ou l’Egypte, mais je considère qu’elles ne sont pas sécurisées, donc on ne les prend pas », a-t-il tranché.

« A la différence du Maroc qui repart bien, l’Egypte et la Tunisie souffrent encore… Concernant la Tunisie, il y a une clientèle difficile à récupérer. Pour les tour-opérateurs, c’est une destination qui manque. Un manque à gagner considérable. Plus d’ailleurs pour les T.O que pour les agences car finalement, la marge sur une destination bon marché n’est pas très importante » a-t-il encore ajouté à la même source.

Une perception à changer

Curieusement, cette image négative persiste encore chez le deuxième réseau français d’agences de voyages indépendantes malgré les améliorations concrètes et vérifiables apportées au niveau du plan sécuritaire national. Des améliorations qui ont poussé des pays plus lointains à réviser favorablement leurs conseils de voyage vers le pays comme le Royaume-Uni, les pays scandinaves, le Japon ou encore les États-Unis.

Cette position du président de Tourcom, qui intervient à contre-courant -puisque tous les T.O européens ont annoncé des croissances significatives par rapport aux réservations vers la Tunisie-, suscite plusieurs interrogations autour des vraies raisons de cette perception encore négative, mais ne collant réellement pas à la situation actuelle de la destination.

Le fait d’ailleurs de mettre la Tunisie et l’Egypte dans le même panier montre une certaine ignorance par rapport à ce qui se passe dans les deux pays. La Tunisie n’a enregistré aucun attentat les deux dernières années. Ce qui n’est pas le cas pour l’Egypte. En effet, cette perception négative est-elle réellement le fruit d’un manque d’une stratégie de communication à l’égard des T.O français et européens ou bien y-a-t-il des lobbies qui veulent bloquer l’envol de la destination ?

K.C

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.