Fil info

Les agences de voyages tunisiennes furieuses contre l’IATA

Les agences de voyages tunisiennes furieuses contre l’IATA

Entre les agences de voyages tunisiennes et l’association internationale du transport aérien (IATA), la tension est à  son comble. Au cours des dernières semaines, les agences spécialisées dans la billetterie aérienne ont en effet reçu des courriers recommandés provenant de l’IATA exigeant d’eux des cautions bancaires atteignant pour certaines plus d’un million de dinars ! Cette caution est en réalité un moyen pour l’IATA de se prémunir contre les mauvais payeurs et de se parer face aux éventuels défauts de paiement. Car il faut savoir que l’association collecte à  la date du 15 de chaque mois les recettes de ventes des billets d’avion émis en Tunisie par les agences de voyages au profit des compagnies aériennes.

Des témoignages accablants

Il semblerait cependant qu’après la révolution et suite à  la dégradation de la note de la Tunisie par les agences de notation internationale, l’IATA ait estimé que la solvabilité des agences de voyages étaient mises en doute. Conséquence : nombre d’agences de voyages se sont vu menacées de devoir apporter avant le 23 septembre 2011 des cautions bancaires d’un montant pouvant atteindre pour certaines 1,6 MDT. C’est le cas d’Atlantis Voyages, l’une des plus grandes agences de voyages de la place, qui a reçu une demande de garantie invraisemblable. Pour Kamel Lagha, patron de l’agence, qui opère depuis une vingtaine d’années, cette décision est jugée arbitraire : « je n’ai jamais subi de retard de paiement et ma caution était de 0 dinar. Aujourd’hui, l’IATA me demande 1,674 MDT de caution, soit disant que ma garantie n’est pas suffisante ». Autre exemple, celui de l’agence Carthage Tours, qui existe depuis 40 ans en Tunisie, qui s’est vu exiger une caution de 1,4 MDT ! Abdelaziz Benaïssi, directeur de l’agence, ne sait d’ailleurs plus à  quel saint se vouer.
« Sans avoir émis la moindre contestation, nous avons reçu un second courrier de l’IATA pour nous demander finalement 900.000 dinars de caution ».
Autre témoignage accablant, celui de Mehdi Cheniti, patron de l’agence Syrine Tours, qui a reçu une demande de caution par lettre recommandée le 5 septembre 2011 avec dead-line pour le 23 septembre. Or il est évident que malgré toute la bonne volonté du monde, un dossier de caution bancaire ne peut être établi en moins de 2 mois, vu les procédures bancaires en vigueur en Tunisie.

La FTAV monte au créneau

Face à  cette situation qui met en péril même la survie des agences de voyages tunisiennes, la FTAV (Fédération tunisienne des agences de voyages) a organisé hier une rencontre entre les concernés et les principales compagnies aériennes opérant au départ du marché tunisien (photo ci-dessus). Si toutes les compagnies n’ont pas répondu à  l’invitation (British Airways, Egyptair…), les principales étaient présentes et notamment Tunisair et sa filiale Tunisair Express en plus d’Air France, Lufthansa, Emirates, Qatar Airways, Royal Jordanian, Royal Air Maroc, etc. Mohamed Ali Toumi, président de la fédération, n’y est pas allé par 4 chemins : « nous avons une cinquantaine d’agences de voyages qui ont reçu des mises en demeure par l’IATA et qui risquent de fermer si on ne leur trouve pas de solution. Par conséquent, nous demandons un délai supplémentaire jusqu’au 31 décembre 2011, le temps de mettre en application une assurance groupe ou une caution solidaire adaptée aux réalités de notre marché ».
Contacté par la FTAV, le président de l’IATA a finalement consenti à  reporter d’un mois (au 23 octobre) la date limite de fourniture de la caution. Cependant, l’extension de ce délai est encore jugée insuffisante. « L’IATA nous met dos au mur mais les relations entre les agences de voyages tunisiennes et les compagnies aériennes sont des relations gagnant-gagnant » souligne le président de la FTAV. « Nous demandons par conséquent aux compagnies aériennes de faire pression sur l’IATA pour nous obtenir un délai supplémentaire, le temps de mettre en place un mécanisme offrant toutes les garanties requises ».

Deux options stratégiques

Aujourd’hui, la FTAV, en tant qu’organisme défendant les intérêts des agences de voyages, est confrontée à  deux choix : soit elle met en place un mécanisme d’assurance groupe, soit elle crée un fonds de garantie local. La première option a pour principal inconvénient de devoir subir les conditions de la compagnie d’assurance pendant au moins deux ans avec un taux de 0,3% prélevé sur le chiffre d’affaires des agences. De plus, il s’agira de devoir faire appel à  un assureur étranger et donc d’exporter des devises. La seconde option nécessite la mise en place d’un comité de gestion pour gérer les fonds collectés en toute transparence et dont les montants seraient établis en fonction du volume d’affaires des agences.
Dans tous les cas de figure, ce sont les clients qui devront mettre la main à  la poche pour financer les exigences de l’IATA. Mais ceci ne pourra expliquer sur quels critères elle se permet de juger la solvabilité financière des agences de voyages. Pour Mohamed Ali Toumi, président de la FTAV, « quand les ratios financiers sont respectés, il n’y pas de raison pour que l’IATA impose des cautions aux 210 agences de voyages accréditées sur le marché tunisien. Nos droits ont été outrepassés ces dernières années à  cause de notre passivité. La Tunisie est un pays souverain, et dans le pire des cas, nous romprions avec l’IATA et reviendrions à  l’âge de la pierre pour la vente des billets d’avions » a-t-il menacé.

Mais les compagnies aériennes ne veulent pas en arriver là . Mohamed Farhat, directeur de la Délégation générale de Tunisair, confirme être aux côtés des agences dans l’affaire. Idem pour Jalel Chebbi, Sales Manager de Qatar Airways en Tunisie ou encore pour Hana Farahi, directrice de Royal Air Maroc pour la Tunisie. « Nous devons nous entraider pour aboutir à  une solution qui préserve les uns et les autres » préconisent-ils. Du côté de la FTAV, on affirme à  qui veut bien l’entendre que l’objectif est de parvenir à  une solution idéale. Sauf que l’IATA se doit de mettre un terme à  ces mises en demeure « spartiates » et qu’elle arrête de faire supporter tous les risques aux agences nonobstant le fait qu’il s’agit de décisions valables à  l’international.
Il semble évident que la nouvelle équipe arrivée à  la tête de la FTAV après la révolution n’entend pas se laisser marcher sur les pieds. L’IATA sera donc tenue de compter avec la nouvelle donne tunisienne.

 Hédi HAMDI 

Lire aussi à  ce sujet :

Les agences de voyages tunisiennes face aux nouvelles exigences de l’IATA

65 agences de voyages tunisiennes jugées non solvables par l’IATA  

Les agences de voyages tunisiennes entre le marteau de l’IATA et l’enclume de la caution bancaire

Lire à  propos des agences de voyages :

Les agences de voyages billettistes en Tunisie démunies face à  la crise

Agences de voyages : nouveaux présidents dans les régions

Après les événements, les agences de voyages de l’avenue Bourguiba pansent leurs plaies

Mohamed Ali Toumi prend les rennes de la FTAV

Les agences de voyages tunisiennes disent tout haut ce qu’elles ont pensé tout bas 23 ans durant

Votre assurance bientôt disponible dans les agences de voyages

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.