avion-tunisair
Fil info

Les trois étapes-clés pour sauver Tunisair selon Maârouf

Les trois étapes-clés pour sauver Tunisair selon Maârouf

avion-tunisair

Les trois mots-clés pour sauver Tunisair selon le ministre du Transport et de la Logistique sont pérennité, réanimation et repositionnement.

Le dossier du transporteur national, Tunisair, est de toute évidence l’une des priorités préoccupantes pour le gouvernement notamment avec la décision de rouvrir les frontières à partir du 27 juin. Le ministre du Transport et de la Logistique, Anouar Maârouf, a abordé le sujet encore une fois au micro de Radio Monastir le 4 juin en expliquant que le plan de sauvetage de la compagnie aérienne requiert d’abord un diagnostic pointu de sa situation financière.

##dt20##

Il a en effet demandé à Tunisair de clôturer ses bilans comptables de 2018 et 2019 et préparer un business plan, sur lequel un plan de sauvetage composé de trois étapes sera établi.

Le premier point de la démarche sera axé sur la nécessité de garantir la continuité du travail et la pérennité de la compagnie. Le deuxième point portera sur la réanimation de la société en envisageant des mesures d’accompagnement lui redonnant un nouveau souffle afin qu’elle puisse reconquérir les marchés internationaux.  Pour la dernière étape, Tunisair devra retrouver son rayonnement. « Cela nécessitera toutefois une nouvelle stratégie et un repositionnement de la société en définissant les marchés sur lesquels elle devra se focaliser pour y devenir une référence.

##gl##

Par rapport à cet objectif, nous réfléchissons comment faire de Tunisair le leader régional du transport aérien », a-t-il déclaré.

En d’autres termes, le plan du ministère du Transport et de la Logistique consiste à transformer la Tunisie en un hub aérien entre l’Afrique et l’Europe et Tunisair assurera la connectivité entre les deux marchés.

L’IATA met la pression sur la Tunisie pour aider l’industrie aérienne

La situation de Tunisair en particulier et du transport aérien tunisien en général inquiète également l’Association du transport aérien international (IATA) qui a publié un communiqué le 4 juin demandant au gouvernement d’établir d’urgence des mesures d’aide financière pour l’industrie aérienne afin d’atténuer les effets de la crise de la COVID-19 sur l’économie nationale.

L’IATA estime que les revenus générés par les compagnies aériennes dans le marché tunisien vont chuter de 0,6 milliard de dollars en 2020, soit une baisse de 47 % par rapport à 2019.

« Cela met en péril 92.700 emplois en Tunisie et un apport de 1,2 milliard de dollars au PNB généré par l’aviation et sa chaîne d’approvisionnement et par le tourisme dépendant du transport aérien », lit-on dans le document.

L’IATA met en effet la pression sur le gouvernement afin d’envisager des mesures d’aide financière spécifiques à l’aviation pour que le secteur soit en mesure de générer la reprise économique.

A cet égard, elle a proposé de soutenir financièrement les transporteurs aériens de passagers et de fret, d’aider financièrement les aéroports et les fournisseurs de services de contrôle du trafic aérien sous forme d’allègement des taxes et des redevances et de réduire, exonérer ou reporter les taxes et frais imposés par le gouvernement.

L’IATA a de même demandé de fournir l’aide nécessaire pour assurer une reprise harmonieuse et rapide des secteurs du transport aérien et du tourisme, qui sont les moteurs clés de l’économie tunisienne ainsi que faciliter la mise en œuvre et la modernisation des programmes de distribution des compagnies aériennes et des mécanismes qui gouvernent le secteur de l’aviation.

K.C

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.