Fil aérien

Suite aux rumeurs de cessation de paiement, Tunisair sur la défensive

Suite aux rumeurs de cessation de paiement, Tunisair sur la défensive

La direction générale de Tunisair n’a pas tardé à  réagir aux informations de presse faisant état de son abandon par l’Etat qui aurait refusé de prendre en charge son plan de redressement, ce qui la plaçait en risque de cessation de paiement. La compagnie publique, qui devrait changer de PDG incessamment (l’actuel ayant atteint l’âge maximum autorisé), s’est voulue rassurante dans un premier temps : «Tunisair a toujours honoré ses engagements vis-à -vis de ses fournisseurs locaux et étrangers, de ses bailleurs de fonds et vis-à -vis de son fournisseur d’avions Airbus, dans le cadre du renouvellement de sa flotte».

Toutefois, le communiqué n’occulte pas la situation qui prévaut : «il n’est pas nié que Tunisair connaît des difficultés datant de la période post révolution, dues essentiellement au contexte géopolitique du pays. Dans ce contexte, la compagnie nationale a élaboré son plan de redressement, depuis décembre 2012, qui est entré en vigueur partiellement début 2013 et qui est, actuellement, en phase de négociation avec les partenaires sociaux dans son volet d’assainissement social».

Il est à  rappeler que Tunisair a fondé son plan de redressement sur l’effacement par le gestionnaire d’aéroports publics OACA de sa dette et sur la prise en charge partielle de l’Etat des indemnités du personnel qui sera licencié (lire notre article à  ce sujet ).

Dans son communiqué, la compagnie rappelle justement que «des mesures urgentes, ayant obtenu l’accord de l’Etat, principal actionnaire de la compagnie, n’ont pas encore été concrétisées et restent en vigueur dont notamment l’effacement de la dette vis-à -vis de l’OACA jusqu’au 30 juin 2012. Hier, un article du site African Manager avait mis le feu aux poudres ( lire ) affirmant que l’Etat avait lâché Tunisair. Le transporteur public reconnaît cependant que pour l’année à  venir, il ne pourra pas compter sur le soutien gouvernemental : «bien que le projet de loi de finances 2014 n’ait rien prévu comme mesures de soutien à  Tunisair, elle veillera à  ce que ce projet soit rectifié, avant son adoption, pour y inscrire le budget nécessaire pour la concrétisation du plan de redressement».

Et pour justifier ses chiffres de 2013, la compagnie estime que cette «légère baisse est due à  une conjoncture extrêmement difficile en matière d’entrées touristiques. En ce qui concerne l’année 2014, une stratégie commerciale a été mise en place pour développer l’activité de la compagnie et consolider sa position de leader dans le transport aérien en Tunisie, grâce à  des partenariats stratégiques et l’ouverture de nouvelles lignes principalement sur l’Afrique et l’Amérique du nord, en phase avec son plan de redressement».

Le communiqué de Tunisair rappelle au passage qu’en 65 ans d’existence, ce n’est pas la première fois qu’elle passe par une pareille épreuve : «Tunisair a connu à  travers son histoire des difficultés et les a toujours surmontées grâce à  l’effort de son personnel qui fait preuve de compétence et de dévouement pour son entreprise, et également grâce à  la confiance de ses clients et du soutien habituel de l’Etat». Sauf qu’il n’est malheureusement pas certain que les scénarii historiques se renouvellent à  chaque fois. Dans l’attente de voir aussi comment la bourse va réagir dans les prochains jours à  ces dernières annonces et voir comment l’action va se comporter.

D.T

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.