Fil info

Publicité touristique 2013 ou comment rompre avec la vieille image

Publicité touristique 2013 ou comment rompre avec la vieille image

Du côté de l’administration du Tourisme, la réflexion concernant la future campagne de promotion pour l’année 2013 sur les marchés européens bat son plein. Une séance de travail à  ce propos s’est tenue hier au ministère du Tourisme en présence d’Elyès Fakhfakh, ministre du Tourisme, des présidents des fédérations tunisiennes de l’hôtellerie et des agences de voyages et de plusieurs responsables et experts tunisiens et français représentants l’Agence française de développement « Atout France ». Les responsables de l’agence de communication française Publicis, la troisième à  l’échelle mondiale, qui a été sélectionnée suite à  un appel d’offres international pour prendre en charge cette campagne (lire), ont présenté les grandes lignes de cette démarche. Le directeur exécutif de Publicis a fait remarquer que la campagne à  pour ambition de mettre en valeur une immense richesse touristique et culturelle qui demeure sous-valorisée et que la destination doit opérer une rupture de perception pour redonner de la valeur à  l’offre tunisienne, ajoutant dans le même sillage que la Tunisie est capable de s’affirmer sur les produits à  haute valeur ajoutée tels que le tourisme saharien, le tourisme écologique et le tourisme de bien- être. La campagne se propose ainsi de promouvoir ces offres en vue de séduire une clientèle à  plus fort pouvoir d’achat à  travers des déclinaisons innovantes à  même de permettre à  la Tunisie d’être une destination désirée par les touristes. Des visuels et des slogans de la campagne ont été soumis à  l’examen des participants à  cette séance de travail. L’on notera à  ce propos un slogan qui a fait débat: « Tunisie: Libre de tout vivre. »

Recommandations des uns et des autres

Pour le ministre du Tourisme, il s’agit d’abord de crédibiliser l’offre proposée par la campagne qui se doit de coller à  la réalité de la destination tout en insistant sur certains aspects, élagués par les propositions tels que la gastronomie tunisienne ou encore les aspects de la vie quotidienne.

Mohamed Belajouza, président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie, a préconisé la nécessité de s’orienter vers la presse régionale en Europe et de ne pas se contenter uniquement des médias établis dans les capitales, tout en veillant à  ce que les messages adressés tiennent compte des spécificités de chaque marché européen.

Pour sa part, Mohamed Ali Toumi, président de la Fédération tunisienne des agences de voyages, estime qu’il faudrait aussi communiquer sur les acquis du tourisme tunisien notamment au niveau de sa composante balnéaire qui a fait la réputation de la destination. D’autres intervenants ont estimé que la démarche proposée a négligé d’autres aspects tels que le tourisme alternatif, la présence de la Tunisie sur la toile et l’hospitalité des Tunisiens, tout en soulignant la nécessité d’être innovants et crédibles quant au mixage de produits proposés par l’agence de communication.

Les campagnes de promotion touristique seront validées au cours d’une deuxième séance de travail prévue dans trois semaines et débuteront au premier trimestre 2013.

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.