Fil aérien

Officiel: pas d’Open Sky en 2011 !

Officiel: pas d’Open Sky en 2011 !

Voilà  une nouvelle qui va certainement déplaire aux opérateurs du secteur touristique et en premier lieu aux hôteliers : l’ouverture du ciel tunisien n’aura pas lieu de sitôt. L’information a été confirmée aujourd’hui par Salem Miladi, ministre du Transport. « Compte tenu de la conjoncture actuelle, il n’est pas possible de mettre en application des accords cette année » a-t-il déclaré dans une interview au journal La Presse. Le ministre a expliqué que « pour faire face à  la concurrence des autres compagnies, la solution est claire : il s’agit d’améliorer la compétitivité des compagnies nationales qui doivent s’adapter au nouveau cadre et en baissant les charges ».

Le décryptage de ces déclarations de Salem Miladi nous amène à  en déduire que le protectionnisme est encore de mise dans le transport aérien et laisse entendre que l’entrée de nouvelles compagnies aériennes sur le marché tunisien est encore considérée comme une menace pour le pavillon tunisien, et en premier lieu Tunisair.

Plus surprenant encore, le ministre du Transport évoque dans la même interview le développement des aéroports régionaux « qui peuvent être chargés de certaines activités ». On sait qu’il a été à  un moment donné question de vouloir faire de l’aéroport de Tabarka un aéroport dédié à  l’entretien technique des avions. On a également évoqué la dynamisation de l’activité fret sur certains aéroports de l’intérieur pour compenser la faiblesse de l’activité passagers.

Cependant, la déclaration du ministre dans le journal La Presse laisse dubitatif : « certains aéroports ont été créés dans les régions pour contribuer à  atténuer au déséquilibre régional et sont peu exploités ». Le ministre actuel aurait-il oublié que les aéroports de Tabarka et de Tozeur bénéficient déjà  de l’Open Sky depuis plusieurs années et que cela n’a pas permis de les dynamiser ? Sait-il que les hôteliers en premier lieu attendent avec impatience que l’Open Sky entre en vigueur afin de permettre aux compagnies low cost notamment d’atterrir sans contraintes en Tunisie et drainer ainsi une nouvelle catégorie de clientèle individuelle ? Sait-il que l’Open Sky aurait forcément pour conséquence d’alléger, un tant soit peu, la pression des tour-opérateurs qui ont aujourd’hui la main-mise sur le tourisme en Tunisie ?

La déclaration du ministre du Transport peut donc être assimilée à  une grande désillusion et consolide le scepticisme de la filière touristique tunisienne quant à  son avenir.

J.R

Lire aussi :

Néjib Chebbi promet l’Open Sky à  la Tunisie

L’ouverture du ciel tunisien est-elle une priorité ? 

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.