Fil info

Jazz à Carthage ou comment tirer le tourisme culturel vers le haut

Jazz à Carthage ou comment tirer le tourisme culturel vers le haut

Depuis sa création, le rendez-vous annuel des jazzophiles, Jazz à Carthage, a fait bénéficier le tourisme culturel d’un joli coup de pouce grâce aux dizaines d’artistes venant chaque édition en Tunisie des quatre coins du monde. Ceux-ci contribuent à promouvoir et à donner de la visibilité à la destination. Cette année, le 13ème épisode de cette manifestation se déroulera du 6 au 15 avril à la Salle Carthage 1 à l’hôtel Carthage Thalasso Resort à Gammarth.

Sous le signe « Porte-bonheur », l’édition 2018 offrira, selon ses organisateurs, un bonheur incommensurable grâce à un programme diversifié et riche de même qu’elle constituera une rencontre artistique entre plusieurs générations sur la même scène et un melting-pot musical et générationnel.

Melting-pot musical

Le Vieux Contient se taillera la grande part des artistes. Mais cela n’empêche qu’une respectable présence de l’Afrique mystérieuse et ancestrale sera assurée avec ses talentueux artistes. La Tunisie sera évidemment présente mais aussi l’Algérie. Il y aura les artistes chargés d’histoire et les coups de cœur. Il y aura, par ailleurs, la puissance du jazz et la légèreté de la pop. « Il y a du classique, de l’atypique et de l’inclassable », ont affirmé les organisateurs lors d’un point de presse organisé le 15 mars.

Au menu, il y aura du Jazz, du blues et de la soul avec les Autrichiens Marina & the Kats, l’Italien Enrico Rava et la Japonaise Makiko Hirabayashi ainsi que les Américains Jalen N’Gonda et Kurt Elling. Le jazz sera teinté de musique balkanique avec Elina Duni. De plus, la soul et le R&B seront à l’honneur avec les Barcelonais The Excitements et l’Indie. Le blues soufflera dans l’harmonica de Charles Pasi, et la pop et l’électronique se feront apprivoiser par Isaac Delusion.

Albie Donnelly’s Supercharge Feat et Molly Duncan joueront également avec du funk et du R&B et la pop sera sous le feu des projecteurs de Postmodern Jukebox.

Le Mali y participera, de son côté, avec Amadou et Mariam et la chanson française sera présentée par les voix d’Adam Naas et Emily Loizeau.

Les algériens Labess amèneront de la rumba, du flamenco et de la gnawa et leurs compatriotes Koum Tara le Chaâbi (populaire) mêlé au jazz. Tom Odell, un habitué du festival, sera là aussi. Le Festival finira en beauté avec les couleurs tunisiennes avec Omar El Ouaer et Yasmine Azaiez, suivis de Nour Harkati et Aytma.

Vente des billets

Mourad Mathari, directeur général de Scoop Organisation, initiateur du Festival, a fait savoir que la vente des billets a commencé il y a une semaine. Quant à la vente dans les guichets, elle commencera à partir du 16 mars 2018. En fait, 30% des billets seront réservés à la vente en ligne, tandis que 70% seront mis en vente dans les guichets. L’organisateur a ajouté que les prix sont très raisonnables afin d’encourager les gens à assister aux spectacles. « Les billets ne couvrent pas les frais du Festival, mais nous avons pris en considération la situation économique et le pouvoir d’achat du Tunisien. Pour cette raison, nous proposons des prix réduits malgré la dévaluation du dinar qui impacte forcément sur les cachets des artistes étrangers », précise-t-il.

Là, il faut souligner que Jazz à Carthage continue à exister grâce au soutien des ministères du Tourisme et des Affaires culturelles, ainsi que celui des sponsors comme Tunisair, UBCI BNP Paribas, Tunisie Telecom, les ambassades de France, d’Italie, d’Autriche, de Suisse, l’Institut Français de Tunisie, de l’Institut Culturel Italien, etc.

K.C

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.