ammar-habib-tourisme
Portraits

Habib Ammar, ministre du Tourisme: les réactions de la profession

Habib Ammar, ministre du Tourisme: les réactions de la profession

ammar-habib-tourisme

Habib Ammar a été proposé comme ministre du Tourisme dans le gouvernement Hichem Mechichi qui doit passer par le Parlement pour être approuvé. Une nomination qui n’a pas laissé de marbre les professionnels du secteur.

Fin du suspens et des tergiversations en tout genre. C’est finalement Habib Ammar qui a été choisi pour diriger le ministère du Tourisme dans le futur probable gouvernement exclusivement de technocrates dirigé par Hichem Mechichi.

Sa nomination a de toute évidence été très bien accueillie dans les rangs de la profession qui craignait voir débarquer à ce poste un illustre inconnu ou, au pire, une personne n’ayant aucun lien avec le secteur et à qui il aurait fallu une période d’adaptation de plusieurs mois.

Car le département du Tourisme peut se prévaloir ces deux dernières années d’avoir eu à sa tête successivement deux ministres issus de la profession et qui ont immédiatement été opérationnels dès leur nomination, en l’occurrence René Trabelsi puis Mohamed Ali Toumi.

L’autre crainte était de voir le tourisme dilué dans un super ministère de l’Economie, et donc réduit aux seconds rôles. « Déjà qu’un seul ministre n’est pas suffisant pour traiter la masse de dossiers, que dire s’il avait été rattaché à un autre département » commente soulagé un hôtelier de Tunis.

« C’est un enfant de la maison qui connaît les dossiers et qui connaît les rouages de notre administration, il n’y aura pour ainsi dire aucun problème de transition » avoue un haut cadre de l’ONTT qui l’a côtoyé de près pendant plusieurs années.

« Je compte sur vous pour l’Open Sky, je vais vous harceler » prévient pour sa part un autre hôtelier de Hammamet, évoquant également Moez Chakchouk, qui a été proposé pour le poste de ministre du Transport dans ce même gouvernement. « L’homme de la circonstance, bon choix », considère pour sa part un ancien hôtelier du sud-est.

##gl##

Habib Ammar est donc loin d’être un inconnu dans les sphères touristiques puisqu’il a intégré l’administration de tutelle en septembre 2005 (après un  début de carrière au ministère de l’Industrie), tout d’abord en tant que directeur du Bureau de la mise à niveau touristique avant d’être nommé en février 2008 chef de cabinet du ministre du Tourisme. Le 14 avril 2010, il est nommé directeur général de l’ONTT, poste qu’il occupe jusqu’au 13 février 2014.

En août 2015, il est nommé PDG de la société Sousse Nord qui gère notamment le complexe Port El Kantaoui et le projet de la future station intégrée de Hergla.

Reste maintenant à Habib Ammar de poursuivre les chantiers ouverts par son prédécesseur Mohamed Ali Toumi, « en espérant qu’il ne reprendra pas tout à zéro » avoue un agent de voyage de la place. « Il faudrait aller de l’avant car il n’y a pas lieu de devoir encore perdre du temps et procéder encore à de nouvelles nominations par exemple ».

Dans l’annonce faite par le futur chef du gouvernement, il n’a pas été fait mention de l’artisanat qui était rattaché au tourisme ces dernières années. Oubli ou décision de l’affecter à un autre ministère, les choses seront certainement clarifiées prochainement, quoique le porte-feuille du commerce ayant été attribué à un ancien PDG de l’Office national de l’Artisanat, il se pourrait donc que le secteur y soit rattaché.

D.T

##dt20##

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.