Humeurs

Guides : les bons, les brutes et les truands

Guides : les bons, les brutes et les truands

Le guide est l’homme clé de toute découverte touristique. Bien inspiré, il est capable de transformer un simple gourbi en un monument de l’architecture populaire et un témoignage exemplaire de construction durable. En mal d’inspiration, il fera du Colisée d’El Djem un vulgaire stade de banlieue et de Carthage un tas de ruines qui ne méritent même pas qu’on s’y arrête.

Le guide doit se définir comme l’interprète privilégié et incontournable entre le pays et ses visiteurs.

Noble profession qui exige aussi bien le savoir que le faire savoir et qui mérite un meilleur statut professionnel ainsi qu’un plus grand respect de la part des employeurs.

Et à  ce titre, un guide ne doit se déconnecter ni des réalités du pays ni des attentes des visiteurs.

Pour certains guides et même certaines agences de voyages à  la recherche de la ‘toison d’or’, les touristes ne sont que des moutons de Panurge tout juste bons à  diriger vers les bergeries des marchands de tapis.

Un bon guide, il faut le suivre.

Un mauvais guide, il faut le poursuivre.

Wahid Ibrahim

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.