Fil info

FTAV : Ce qui doit changer

FTAV : Ce qui doit changer

Tahar Saïhi a été reconduit à  la présidence de la Fédération tunisienne des agences de voyages et de tourisme (FTAV) pour un deuxième mandat de trois ans. Fort d’un premier mandat (2006-2009) particulièrement prolifique et qui a vu la concrétisation de nombreux projets en suspend (certains depuis plusieurs années), le nouveau bureau a été élu sans grande surprise le 30 mai lors de l’assemblée générale qui s’est déroulée à  Tunis.

Pour les agences billettistes, le fait marquant des dernières années a été le décommissionnement et l’entrée en vigueur d’un nouveau modèle économique fondé sur les fees. De mémoire d’agent de voyages, rarement un dossier n’aura fait couler autant d’encre et surtout de salive. Tout est bien qui n’est pas encore bien fini puisque Emirates et autre Qatar Airways continuent à  ce jour d’appliquer le système de commissionnement classique !

Autre dossier à  l’actif du bureau, l’entrée en application de l’inclusive tours (le voyage à  forfait) tant réclamé depuis des années par les agences. La décision a eu le mérite de moraliser un secteur qui opérait dans l’illégalité la plus totale au vu et su de tous.Ce qu’il faut savoir, c’est que sur les 540 agences de voyages en Tunisie (toutes licences confondues), 454 sont adhérentes à  la FTAV ! Voilà  qui pourrait laisser penser que le bureau directeur sortant a su comment y faire pour fédérer la profession. Mais à  y voir de plus près, cette adhésion massive est moins le résultat d’une conviction d’appartenance à  une corporation qu’une nécessité professionnelle. A n’en point douter, la caution bancaire de la FTAV a constitué un stimulant extraordinaire à  l’adhésion des agences.

DOSSIERS BRULANTS
Pour la période à  venir, le nouveau bureau n’en aura pas fini avec les dossiers des agences de voyages billettistes notamment. Dans le secteur, on ne manque pas de déplorer certaines décisions, notamment celle relative au soutien de la FTAV apporté à  la centrale de réservation pour le tourisme local gérée par Amadeus Tunisie au détriment des agences désireuses de travailler individuellement en ligne sur ce segment.

Au niveau de l’out-going, les agences s’interrogent sur leur devenir : et si au nom de la crise, la Banque Centrale de Tunisie décidait de faire marche arrière et réduire le budget de 10 millions de dinars consacré au créneau ? Et quand verra-t-on la création d’une assurance annulation voyage ? Et y a-t-il possibilité de booster les lenteurs administratives constatées dans la gestion des dossiers out-going et qui portent atteinte à  son bon fonctionnement?

Autre défi qui attend la FTAV, la moralisation des relations entre agences et compagnies aériennes, du moins celles qui ont fait le choix de vendre en direct via Internet avec des tarifs moins chers qu’en agence ! Pointées du doigt, Air France et… les fameuses promotions on-line de Tunisair. En attendant Sevenair qui prépare un moteur de réservation en ligne pour très bientôt.

Dernière polémique en date, la campagne de communication engagée en Tunisie par la compagnie Emirates pour vanter les îles de l’océan Indien. « Voilà  que les compagnies aériennes se muent en agences de voyages » s’insurge un agent de voyage dépité.

Et puis, pour finir d’enfoncer le clou, il y a ce fameux dossier de la TVA et cette interrogation : pourquoi les billets d’avions sont-ils soumis à  cette taxe puisqu’il s’agit d’un produit consommé à  l’étranger ? Le précédent bureau n’a rien pu faire malgré les démarches engagées auprès des parties concernées. Tahar Saïhi et son bureau renouvelé ne sont pas sortis de l’auberge…

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.