Humeurs

Elyssa, Elyssa, saute moi au cou…

Elyssa, Elyssa, saute moi au cou…

Le « Jeune Homme de Byrsa », mort il y a 2600 ans et dont on a reconstitué le corps grâce aux miracles de la dermoplastie, continue à  défrayer la chronique. De plus en plus de visiteurs étrangers et tunisiens défilent au musée de Carthage pour admirer son look et sa prestance grandeur nature. Le ministère de la Culture et le ministère du Tourisme envisagent même de lui faire faire le tour de certains pays méditerranéens et européens à  des fins promotionnelles. On dit même que sa première destination serait le Liban, berceau de ses ancêtres phéniciens.

Sacré Arish ! (C’est ainsi que le Professeur Fantar l’a prénommé). Il va quitter Elyssa, la fondatrice de Carthage, sa ville natale, pour aller à  la rencontre d’une autre Elyssa, la chanteuse libanaise en vogue.

On ne peut pas dire qu’il a de l’imagination en matière de fréquentation féminine.

 Wahid Ibrahim
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.