Fil aérien

British Airways : pourquoi elle stoppe la Tunisie

British Airways : pourquoi elle stoppe la Tunisie

Une page se tourne dans le transport aérien entre la Tunisie et la Grande-Bretagne. La compagnie British Airways a décidé de «suspendre» sa ligne Londres-Tunis. Le dernier vol entre les deux capitales se fera le 25 octobre 2013. Les bureaux de la compagnie, sur les Berges du Lac assureront cependant une présence jusqu’à  ce qu’une décision claire soit prise au niveau de la direction générale sur le devenir de cet axe.

Officiellement, «des raisons commerciales» sont à  l’origine de cette suspension, explique-t-on au bureau de Tunis où l’on n’exclut pas la possibilité d’une reprise l’été prochain. Mais ce qu’il faut savoir, c’est que British Airways opérait au départ de Gatwick, deuxième aéroport londonien, et était donc peu compétitive en termes de correspondances face à  la concurrence de compagnies comme Air France ou Lufthansa qui accaparent, grâce à  leurs plate-formes de correspondance de CDG et de Francfort, l’essentiel des passagers sur les vols longs-courriers. Car en effet, un passager de Tunis voulant par exemple se rendre à  Montréal via British Airways était obligé de changer d’aéroport (de Gatwick vers Heathrow) ! On mesure le manque de compétitivité du transporteur britannique à  ce niveau malgré la nuit d’hôtel offerte aux passagers et l’exemption de visa de transit.

Certes, British Airways possédait une importante part de marché sur la ligne entre Londres et Tunis avec une clientèle très variée, mais c’était aussi grâce aux entreprises britanniques installées en Tunisie, notamment British Gas ou encore grâce à  la Banque Africaine de Développement (BAD) qui justifiaient peut-être à  elles seules la présence de cette compagnie qui a réduit ses fréquences hebdomadaires Londres-Tunis de 5 à  3 depuis le 1er juillet 2013.

Pourtant, en février 2011, David Forham, responsable régional pour l’Afrique du nord, parlait d’une ligne «des plus profitables pour la compagnie», mais il est certain que depuis cette déclaration, le marché tunisien s’est totalement transformé. Par ailleurs, de l’avis de plusieurs agents de voyages, les difficultés inhérentes à  l’obtention d’un visa d’entrée en Grande-Bretagne pour un Tunisien sont tellement laborieuses qu’elles ont sans aucun doute détourné un nombre croissant de passagers.

La suspension de la ligne Londres-Tunis par British Airways va, par conséquent, profiter à  la concurrence. A Tunisair tout d’abord qui se trouve déjà  en position de force grâce à  sa présence historique sur Heathrow et qui va récupérer tous les passagers voyageant de point à  point. Et dans une moindre mesure aux autres majors européennes, en premier lieu Air France et Lufthansa, qui récupèreront les passagers des vols longs-courriers ou intra-européens. Cependant, les agences de voyages tunisiennes vont avoir la possibilité de continuer à  vendre des billets British Airways dans le monde entier puisque le BSP est maintenu.

La desserte de la ligne Londres-Tunis par une compagnie britannique date de la fin des années soixante et a été assurée successivement par British Eagle, BEA, British Caledonian, British Airways, GB Airways en tant que franchisé et de nouveau British Airways depuis 2008.

Hédi HAMDI

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.