Allemagne : qui pourra relancer la machine touristique vers la Tunisie ? Reviewed by Momizat on . L'administration du Tourisme tunisien veut partir à  la reconquĂȘte du marchĂ© touristique allemand. AprĂšs les actions dĂ©jà  menĂ©es sur plusieurs marchĂ©s europĂ©en L'administration du Tourisme tunisien veut partir à  la reconquĂȘte du marchĂ© touristique allemand. AprĂšs les actions dĂ©jà  menĂ©es sur plusieurs marchĂ©s europĂ©en Rating:
Accueil » Fil info » Allemagne : qui pourra relancer la machine touristique vers la Tunisie ?

Allemagne : qui pourra relancer la machine touristique vers la Tunisie ?

L’administration du Tourisme tunisien veut partir à  la reconquĂȘte du marchĂ© touristique allemand. AprĂšs les actions dĂ©jà  menĂ©es sur plusieurs marchĂ©s europĂ©ens, les regards sont dĂ©sormais braquĂ©s sur l’Allemagne. Une vingtaine d’experts touristiques et de professionnels de ce pays ont Ă©tĂ© invitĂ©s en Tunisie du 14 au 16 juin 2011 par le ministĂšre du Commerce et du Tourisme au sein d’une dĂ©lĂ©gation conduite par Ernst Burgbacher, secrĂ©taire d’Etat Allemand au Tourisme et aux PME, à  prendre part à  un voyage destinĂ© à  rĂ©flĂ©chir sur la situation exacte de la destination par rapport au marchĂ© allemand et aux moyens de relancer la machine touristique totalement grippĂ©e depuis une dĂ©cennie, à  telle enseigne qu’en 2010, les arrivĂ©es en provenance de ce pays ont encore reculĂ© de 5,3% avec à  peine 458.631 visiteurs.

Pour mieux comprendre la situation, un petit historique s’impose : à  partir de 1989, le marchĂ© touristique allemand sur la Tunisie, qui est considĂ©rĂ© comme un marchĂ© historique, relativement stable et particuliĂšrement porteur, connaĂźt ses annĂ©es de gloire avec une croissance moyenne annuelle de 12,5%. Un taux aujourd’hui qui fait rĂȘver. En dĂ©cembre 1999, la destination accueille en fanfare son millioniĂšme touriste allemand. Cette annĂ©e-là , le record sera battu : 1.036.262 Allemands auront passĂ© leurs vacances sous le soleil tunisien. C’est l’Ăąge d’or du secteur en gĂ©nĂ©ral et de ce marchĂ© en particulier. Cependant, ce que l’on semble oublier, c’est que cette croissance est due à  un facteur particulier : la guerre en Yougoslavie de l’Ă©poque. Zakaria Zgolli, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de la FĂ©dĂ©ration tunisienne de l’hĂŽtellerie (FTH), ne manque pas de le rappeler à  ceux qui daignent ne pas s’en souvenir : « la Tunisie a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’un fort report de clientĂšle initialement destinĂ©e à  la Croatie notamment ». Mais dĂ©jà , la destination donne des signes de faiblesses et ses clients traditionnels commencent à  lui reprocher d’ĂȘtre dĂ©modĂ©e, ennuyeuse, d’avoir une connotation de qualitĂ© mĂ©diocre.

L’affaire de la Ghriba

Puis arrive le 11 Septembre 2001 qui inverse totalement la tendance et la perception des pays arabes en gĂ©nĂ©ral. Son coup de massue, la Tunisie le recevra quelques mois plus tard, le 11 avril 2002. Ce jour-là , un kamikaze se fait exploser devant la synagogue de la Ghriba à  Djerba alors qu’un bus est en train de charger des touristes. Bilan : 21 morts dont 14 Allemands. Au-delà  de ce drame, c’est la gestion calamiteuse de l’affaire au niveau politique qui aggrave tout bonnement la situation. « AprĂšs le 14 Janvier, le ministre du Commerce et du Tourisme a, à  deux reprises, prĂ©sentĂ© ses excuses officielles aux Allemands pour les mensonges qui leur ont Ă©tĂ© racontĂ©s par le gouvernement de l’Ă©poque » tient à  souligner Habib Ammar, directeur gĂ©nĂ©ral de l’ONTT. Regrets relayĂ©s par Mohamed Belajouza, prĂ©sident de la FTH, qui dĂ©plore « la manƓuvre politique d’alors » et qui « se joint aux excuses du ministre à  l’Ă©gard des Allemands ».

Pour Mehdi Houas, ministre du Commerce et du Tourisme, « la reconquĂȘte du marchĂ© allemand devra s’opĂ©rer de deux façons. Sur le court-terme tout d’abord, pour allĂ©ger les souffrances des professionnels et les aider à  passer ce cap difficile en obtenant un flux touristique supplĂ©mentaire d’ici la fin de l’annĂ©e. Sur le moyen et le long-termes ensuite, en rĂ©adaptant notre offre pour nous repositionner ». Car c’est effectivement là  oĂč le bat blesse. Le tourisme tunisien de maniĂšre gĂ©nĂ©rale n’est pas en situation de crise pour des raisons conjoncturelles en relation avec la rĂ©volution mais structurelles et ce depuis au moins une dĂ©cennie à  cause d’une offre qui ne rĂ©pond plus aux attentes de sa clientĂšle.

Pour que la tendance s’inverse

Entre-temps, la Tunisie a vĂ©cu un changement radical dont l’Ă©cho a retenti aux quatre coins du monde. «Nous sommes venus vous aider à  dĂ©passer la crise actuelle et s’appuyer sur le fait que la rĂ©volution a Ă©tĂ© perçue positivement par les Allemands. Reste à  les convaincre de revenir en vacances en Tunisie car aprĂšs avoir montrĂ© l’Ă©vacuation de touristes, il est trĂšs difficile de les ramener » a dĂ©clarĂ© pour sa part JĂŒrgen BĂŒchy, prĂ©sident de la FĂ©dĂ©ration allemande des agences de voyages, qui suggĂšre de crĂ©er un argument de vente face à  la concurrence. Cette concurrence qui a effectivement dĂ©passĂ© la Tunisie grĂące à  des produits similaires et des investissements en publicitĂ© supĂ©rieurs aux siens. JĂŒrgen BĂŒchy admet que sur le court-terme, le principal frein à  la reprise rĂ©side dans les reportages des mĂ©dias qui crĂ©ent une incertitude. MalgrĂ© tout, le responsable considĂšre qu’« il faut convaincre les agences de voyages qu’elles peuvent vendre tranquillement les voyages sur la Tunisie en les ramenant au maximum sur le terrain sur des voyages trĂšs courts et ce pour inverser la tendance ». Le prĂ©sident de l’Association propose d’organiser rapidement un atelier de travail conjoint pour «discuter des mesures à  mettre en place, combler les lacunes et ramener les touristes allemands».

Pour Johaness Zurnieden, directeur gĂ©nĂ©ral de Phoenix, un voyagiste appartenant à  Air Berlin, la reprise paraĂźt moins Ă©vidente. « Actuellement, les gens en Allemagne croient qu’il y a de l’insĂ©curitĂ© en Tunisie. Il faut inviter les agences de voyages, les personnes qui sont dans les points de ventes pour qu’elles disent ñ€˜’j’y Ă©tais » et non pas qu’on lise cela uniquement dans les journaux ». Mais ce professionnel allemand va plus loin dans sa dĂ©marche pessimiste : «Les Allemands ont peur des grĂšves, ils ont peur d’ĂȘtre pris en otage dans un conflit employeur-employĂ©s». Cet avis n’est pas forcĂ©ment partagĂ© par Horst-Wolfram Kerill, ambassadeur d’Allemagne en Tunisie, qui estime que «les grĂšves et les sit-in sont des Ă©vĂ©nements connus dans les pays dĂ©mocratiques».

L’alternative du tourisme durable

En l’absence de diffĂ©renciation touristique forte, la Tunisie pourrait devenir une destination de rĂ©fĂ©rence en matiĂšre de tourisme durable. C’est la trĂšs sĂ©rieuse proposition Ă©mise par le Prof. Dr. Harald Zeiss, directeur du dĂ©veloppement durable au sein de la TUI Allemagne. « C’est un thĂšme futur, soutient-il, et la Tunisie a la possibilitĂ© de prendre de l’avance sur les autres pays dans ce domaine parce que le Tunisien a l’Ă©ducation qu’il faut et est ouvert ». Une confĂ©rence, soutenue par la TUI notamment, pourrait donc ĂȘtre organisĂ©e dans cette optique afin de montrer ce qu’est le tourisme durable et sa portĂ©e sur le client qui devient de plus en plus sensible à  ce genre de considĂ©rations.

Pour Ernst Burgbacher, secrĂ©taire d’Etat Allemand au Tourisme et aux Petites Entreprises, « aider la Tunisie est un devoir ». « Nous allons voir avec les diffĂ©rents ministĂšres ce qui pourra ĂȘtre fait en matiĂšre de coopĂ©ration ». En attendant, le marchĂ© enregistre à  l’heure actuelle une baisse de 61%. Mais du cĂŽtĂ© de l’ONTT Allemagne, on ne baisse pas les bras. Le budget de 5 millions d’euros allouĂ© au marchĂ© sera utilisĂ© notamment pour assurer la visibilitĂ© de la destination cette saison sur un marchĂ© plein de potentiel au vu de sa situation Ă©conomique. Mais combien consentiront-ils à  venir rĂ©ellement, sachant que les images de la guerre en Libye n’avantagent absolument pas la Tunisie et encore moins Djerba.

HĂ©di HAMDI

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page