mirage-trail-tunisie
Publireportages

Ultra Mirage El Djerid: comment l’apport privé d’Assurances BIAT et public de l’ONTT lui ont donné des ailes

Ultra Mirage El Djerid: comment l’apport privé d’Assurances BIAT et public de l’ONTT lui ont donné des ailes

mirage-trail-tunisie

Un événement sportif à très forte connotation touristique qui se déroule chaque année grâce à quelques partenaires acquis à sa cause. La portée d’Ultra Mirage pourrait être encore plus grande s’ils étaient plus nombreux à mettre la main à la poche.

Ils n’étaient peut-être que 280 à prendre le départ de la course extrême Ultra Mirage dans le désert dans son édition 2021. Mais ce nombre de participants est en soi un exploit dans un contexte sanitaire fait de contraintes multiples et de restrictions de voyages à n’en plus finir.

Ultra Mirage El Djerid, dans sa 5e édition, s’est déroulé le 2 octobre dernier dans les environs de Tozeur, avec un départ donné du décor du film La Guerre des Etoiles, et une course couvrant 700 km2, en grande partie sur le site de Chott El Gharsa et son symbole phare, Ong Jmel.

course-desert-tunisie

Cette compétition dans le désert, destinée à des passionnés d’Ultra Trail, son organisateur, Amir Ben Gacem, l’a une nouvelle fois maintenue en dépit des circonstances loin d’être favorables.

Le principe: des coureurs, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, sportifs sur-entraînés ou amateurs désireux de se surpasser, s’élancent à l’aube dans deux catégories: une course de 50 km et, pour les plus aguerris, une seconde de 100 km avec un ratio de 2/3 pour la première et 1/3 pour la seconde. Mais aussi une participation féminine à hauteur de 20% du nombre total de coureurs et, à l’arrivée, des prix (en euros), parfaitement équitables entre hommes et femmes.

ben-gacem-ultra-mirage

Amir Ben Gacem, organisateur d’Ultra Mirage, et Bouchra Lundgren Eriksen, la Danoise arrivée première dans la catégorie femmes de la course UMED 100 (elle a couru 100 km en 10h26 min).

Si les podiums ont été dominés cette année par les compétiteurs tunisiens (3 premières places sur 4), Ultra Mirage peut s’enorgueillir d’avoir réuni 23 nationalités différentes, dont des coureurs venus de très loin, tel ce participant arrivé spécialement d’Australie ou ce groupe de Canadiens, aux côtés de nombreux européens, d’Africains et autres Omanais.

Des coureurs de 23 nationalités en provenance des 4 coins du monde ont pris part à l’édition 2021.

L’apport privé et public

Organiser un tel événement est sans aucun doute un défi. Logistique d’abord, administratif ensuite. S’est ajouté ces deux dernières années le défi sanitaire et l’obligation de déployer un protocole sanitaire de circonstances. Outre les règles en vigueur, aussi bien coureurs que staff organisationnel ont dû se soumettre à un test de dépistage rapide du Covid la veille du départ sous le contrôle de la délégation régionale de la Santé. Zéro cas positif.

depart-ultra-mirage-2021

Sur la ligne de départ, ils étaient 280 à s’élancer.

Pour mener à bien son projet, Amir Ben Gacem a pu s’appuyer sur des partenaires. Côté soutiens privés, il continue d’avoir Assurances Biat à ses côtés. La directrice générale de la compagnie l’a martelé à plusieurs reprises: « nous sponsorisons cet événement pour communiquer sur les valeurs que nous portons et que nous partageons avec les coureurs et les organisateurs et qui nous aident à atteindre nos objectifs: le dépassement de soi, l’esprit de challenge et la solidarité », a dit Nejla Moalla Harrouch.

conference-presse-mirage

Conférence de presse la veille du coup d’envoi de la course en présence du gouverneur de Tozeur, Aymen Bejaoui, avec Nejla Moalla Harrouch (DG d’Assurances BIAT) à sa gauche, Amir Ben Gacem (organisateur de l’événement) et Yasser Souf (Commissaire régional au Tourisme) à l’extrême gauche.

De l’autre côté, il y a l’apport de l’Etat au niveau régional avec le déploiement d’un dispositif sanitaire et sécuritaire rassurants. Car les coureurs ne sont pas lâchés dans la nature. S’ils suivent un parcours balisé, ils sont également suivis de près par la Garde nationale, épaulée par la Protection civile et de plusieurs ambulances privées pour parer à toute éventualité.

ultra-mirage-djerid-desert-tunisie

Car les rayons du soleil dans le désert sont impitoyables. La rigueur du vent de sable quand il se lève et les rencontres imprévues (insectes, serpents, canidés…) font partie des règles du jeu à accepter. Le parcours des 50 km peut durer jusqu’à 10h et celui des 100 km 20h. Autrement dit, beaucoup de participants franchissent la ligne d’arrivée quand la nuit est déjà tombée depuis longtemps.

Aventure humaine

Au-delà de son aspect sportif, Ultra Mirage est également une aventure humaine, de dépassement de soi, de challenge. Il se déroule dans une ambiance bon enfant, loin de l’atmosphère des compétitions sportives officielles mais tout de même avec la rigueur exigée. C’est ainsi que l’on compte de plus en plus d’accompagnants et de soutiens aux coureurs qui débarquent à Tozeur avec parents et amis qui viennent donner de la voix lors des phases de départ et d’arrivée de la compétition.

ultra-trail-tunisia

Son déroulement début octobre marque aussi le démarrage de la pré-saison touristique après des mois d’été qui ont souvent vu les hôtels fermer leurs portes faute de clients. Ultra Mirage apporte une dynamique économique concrète à la ville, à tel point que cette année, la poignée d’établissements aptes à recevoir les clients ont vite affiché complets. La demande a dépassé l’offre le temps d’un weekend.

L’ONTT, de son côté, a aidé à la promotion de la manifestation à l’international, notamment sur ses deux représentations de Paris et de Francfort, et ramené plusieurs journalistes pour en assurer la couverture. Et pour s’impliquer encore plus concrètement dans les faits, elle a créé une équipe de plusieurs nationalités sous l’appellation « Discover Tunisia ». 4 d’entre-eux ont fini la course des 50 km et ont passé la ligne d’arrivée dans les délais.

team-ontt

A l’initiative de l’ONTT, une équipe de coureurs de plusieurs nationalités a pris part à la compétition des 50 km sous le nom « Discover Tunisia »: De droite à gauche : Ali Rekhrou (Algérie), Andrea Lows (Allemagne), Dalila Louati et Adel Mhenni (Tunisie).

Mais au-delà de toute cette bonne volonté, Ultra Mirage a besoin de beaucoup plus d’appuis, d’autant que son organisateur s’est fixé comme objectif avec son partenaire Assurances BIAT d’atteindre la barre symbolique des 500 coureurs l’année prochaine, en espérant aussi un équilibre 50/50 entre participants tunisiens et étrangers. Et également d’augmenter la part de la participation féminine et aller au-delà des 20% actuels.

ultra-mirage-femmes

20% des coureurs étaient des femmes cette année. L’ambition de l’organisateur est d’augmenter leur participation.

Nejla Moalla Harrouch voit encore plus loin: « placer la Tunisie sur la carte des courses du même type à l’échelle internationale afin de faire connaître le site au plus de participants possible et, par voie de fait, à leurs proches et leurs amis pour les inciter à y revenir en tant que visiteurs. Contribuer à créer une génération de jeunes tunisiens passionnés par ce type de course ultra-trail, aptes à prendre part à des compétitions semblables à l’échelle internationale et hisser les couleurs nationales ».

Autant de raisons qui font qu’Ultra Mirage, devenu un maillon du tourisme saharien, a besoin de soutiens avec la même conviction et l’implication que celle manifestée par Assurances BIAT.

H.H

 

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.