Fil info

Le tourisme médical en débat entre la FTAV et des professionnels ivoiriens

Le tourisme médical en débat entre la FTAV et des professionnels ivoiriens

Une rencontre entre les représentants de la Commission tourisme médical relevant de la FTAV (Fédération tunisienne des agences de voyages) et une délégation ivoirienne composée des représentants du secteur de la santé en présence des professionnels tunisiens du tourisme s’est tenue aujourd’hui à Tunis afin de débattre sur les opportunités de travail entre les deux parties et voir comment remédier au déficit communicationnel existant.

La présidente de la Commission tourisme de santé de la FTAV, Yosr Nefzaoui, a fait savoir que sa Commission a été créée il y a un an dans le but d’encadrer le secteur et d’y apporter une plus-value.

Riadh Azaiez, secrétaire général de la Commission, a déclaré de son côté : « ce rendez-vous est une occasion pour remédier au déficit de communication entre les professionnels tunisiens du monde du voyage et les institutionnels ivoiriens ». Il a ajouté que le fait de communiquer directement avec les médecins et les pharmaciens et d’écouter leurs attentes ouvrira les horizons à un partenariat futur et à l’examen des axes sur lesquels ils pourront travailler ensemble.


Repositionner l’offre

Dr Florent Akka, président de l’Ordre des médecins de Côte d’Ivoire, a dit qu’il était venu en visite en Tunisie à plusieurs reprises. Il connaît bien donc le potentiel médical du pays, particulièrement celui des cliniques. « Nous souhaitons avoir la possibilité de faire des stages de formation sur certaines spécialités qui sont bien avancées dans votre pays. D’ailleurs, nous avons une bonne perspective avec les propriétaires de cliniques. Maintenant, il s’agit de nous proposer des packages qui incluent l’hébergement, les billets d’avion et l’accompagnement au cours du séjour », a-t-il poursuivi.

En effet, le secrétaire général de la Commission tourisme médical a appelé les agences de voyage tunisiennes à repositionner leurs offres par rapport à ces spécialités qui seront contournées dans l’objectif que l’offre soit complémentaire et construite par spécialité. « Par exemple, certaines agences qui travaillent sur la Côte d’Ivoire pourront se spécialiser dans la chirurgie esthétique», a-t-il expliqué.

Mettre en place une plateforme web
Aboubaker Bakayoko, président du Syndicat national des médecins privés de Côte d’Ivoire, a fait remarquer, de son côté, que les agences de voyage tunisiennes proposent continuellement des promotions. Cependant, les Ivoiriens ne sont pas toujours informés. « La mise en place d’une plateforme web d’informations est susceptible de nous tenir régulièrement informés de toutes vos offres», a-t-il proposé.
« Certaines personnes viennent en Tunisie pour les soins, elles sont parfois accompagnées de leurs familles. Concevoir des offres qui répondront aux besoins de cette catégorie est amplement encouragé », a-t-il estimé.
Les intervenants ont souligné par la même occasion que le secteur est peu structuré. Plus de 2000 Ivoiriens viennent en Tunisie pour faire des soins. Ils sont souvent mal informés à cause de l’absence d’offres concrètes ou d’agences de voyage qui les accompagnent pendant leurs séjours.

Norme ISO en préparation

Selon Yosr Nefzaoui, la Commission tourisme médical est en train de piloter un projet réunissant 97 pays visant à établir une norme ISO dans le tourisme médical. « Ceci permettra à la Tunisie de mettre les compétences tunisiennes au niveau des standards internationaux », s’est-elle félicitée. La présidente de la Commission n’a pas manqué d’évoquer l’embarras existant pour définir  les tarifs des soins dans les cliniques, saufs ceux relatifs à la chirurgie esthétique. Ce complique la tâche pour établir des packages dans ce secteur. « Or, cette problématique pourra être surmontée en mettant en place des partenariats avec certaines cliniques », a-t-elle proposé.

Salon Saidaleya 2017

Riadh Azaiez a, par ailleurs, invité les professionnels tunisiens du tourisme à participer au salon Saidaleya qui aura lieu au mois de novembre en Côte d’Ivoire. « L’idéal est de faire un pavillon tunisien offert par l’ONTT baptisé « Tunisie destination santé » qui proposera l’offre la plus complète possible en termes de thalasso, tourisme balnéaire, etc. Ce salon sera également un autre rendez-vous avec les autorités et les institutionnels ivoiriens pour approfondir les échanges », a-t-il indiqué. « Nous serons soutenus dans notre mission par le ministère du Tourisme et l’ONTT », a-t-il avancé. « Potentiellement, 4 millions d’Ivoiriens sont capables aujourd’hui de voyager et de s’offrir des vacances en Tunisie. Tout le monde a donc intérêt à y investir», a-t-il argumenté.

K.C.

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.