Stars en vacances

Sofiène Safta, le magicien de la guitare

Sofiène Safta, le magicien de la guitare

Aune époque où la musique devient une industrie, où les impératifs lucratifs prévalent sur la valeur artistique, peu nombreux sont les artistes qui ont su nager contre ce courant.  SofièneSafta est un jeune musicien tunisien qui a su gagner l’admiration et le respect du public local et étranger. A 4 ans, Sofiène ressent des penchants pour les instruments de musique. Avec ses petits doigts d’enfant, il commence à toucher aux éclisses de la guitare. A 14 ans, Sofiène commence à jouer de la guitare en tant que professionnel.

Guitariste, compositeur, enseignant de musique et leader de plusieurs groupes, Sofiène Safta  devient sociétaire de la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique en France). Grâce à une formation musicale plurivalente  (jazz, musiques arabes et méditerranéennes) et un doigté exceptionnel dans le mixage des musiques et cultures orientale et occidentale, Sofiène a réussi à promener ses œuvres aux 4 coins du monde.

Durant sa carrière, Sofiène a réalisé 5 albums (La Voix de l’Océan, Aurore, Sidi Bou Saïd, Alem Jedid, et Miroir) de musique instrumentale métissée entre folklore, Jazz, rock et autres genres riches en mélodies inédites.  La musique de Sofiène mime une ouverture d’esprit et une culture artistique plurielle. Après ce parcours de labeur et d’excellence, SofièneSafta peut se targuer aujourd’hui d’avoir créé un style musical différent et une identité artistique qui lui est propre. Voyage en exclusivité avec lui à bord de Tunisair Express.

 

Quelle était votre toute première destination de voyage ?
C’était le Maroc. J’avais 9 ans à l’époque et j’y suis allé dans le cadre des colonies de vacances organisées au profit des fils des militaires (dont je fais partie).

Pour vous, voyager est-ce échapper à la monotonie ou est-ce une passion ?
C’est à la fois les deux. Je suis un passionné de voyages. En même temps, j’aime fuir la routine en partant à la découverte de nouvelles parcelles du monde. J’aime admirer l’architecture des pays que je visite. J’adore fouiller dans l’Histoire de ces pays en me déplaçant d’un coin à un autre. C’est un plaisir immense pour moi que de partir en quête d’inconnu au sens large.

Quel est le pays qui vous a le plus marqué ?
Paris car on ne se lasse jamais de s’y balader. Il y a toujours un coin à découvrir à Paris. Ce qui me plaît aussi dans cette ville, c’est l’effervescence artistique qui s’y retrouve tout au long de l’année.  Elle ne désemplit pas de concerts et d’évènements artistiques. Je n’oublierai pas aussi Amsterdam qui m’a fasciné  par son calme, l’architecture de ses bâtiments et le mode de vie de sa population.

Une fois sur votre siège dans l’avion, qu’aimez-vous faire ?
J’écoute de la musique sur les vols de courte durée. Pour les long-courriers, je préfère regarder un film sur mon Ipad ou lire un livre qui traite de la musique. Aussi, je ne rate pas l’occasion de feuilleter le magazine de bord qu’on nous offre.

Combien de pays avez-vous visités ?
Une trentaine de pays à peu près.

Quelle est votre destination rêvée ?
Je rêve d’aller à Cuba. Je rêve d’y savourer la musique latine que je consomme sans modération. Cuba me rappelle aussi le mode de vie des années 60. Je dirais en deux mots que, à mes yeux, c’est ce pays qui revêt le plus le sens du mot exotisme.

Quel genre de voyage vous préférez : shopping, aventure, découverte ?
J’aime les voyages d’aventure. Pour le shopping, je réussis souvent à trouver mon style en Tunisie. De plus, je n’admets pas qu’une personne puisse partir en voyage spécialement pour faire du shopping. C’est une activité que je considère comme subsidiaire.

Quel est le pays qui vous a le plus marqué ?
C’est le Congo, pays des paradoxes. J’y ai découvert le vrai visage de l’Afrique noire,  ce tas de terre fourmillant de richesses  de tous types mais où les gens souffrent d’une pauvreté atroce.

Chose que vous n’oubliez jamais de mettre dans votre valise ?
Sans doute ma guitare. Elle m’est indispensable là où je vais.

Voulez-vous dire que vous jouez de la guitare même lors de vos voyages de vacances ? Vous ne prenez jamais de répit ?
Entre ma guitare et moi, c’est toute une histoire d’amour.  Je ne peux pas m’empêcher de la porter surtout lorsque je suis en voyage. C’est mon meilleur compagnon.

Avez-vous un projet artistique en cours ?
Je suis en train de finaliser mon 5ème album qui s’inspire de la thématique de Carthage.

Et l’intitulé de cet album ?
Je ne me suis pas encore décidé par rapport au titre mais je crois que je le baptiserai « Tanit ». C’est une révélation que je fais exclusivement à Alyssa !

Comment définissez-vous le bonheur ?
Pour moi, le bonheur veut dire l’absence de problèmes ou, plus exactement, la capacité de les surmonter. Aussi, pour être heureux, j’aurai toujours besoin de voir ma famille et mes amis en bonne santé. Enfin, le bonheur est encore pour moi « le partage » car comme dit Paulo Coelho « Le bonheur est quelque chose qui se multiplie quand il se divise ».

Quelle est votre qualité principale ?
C’est ma volonté de fer. Je suis quelqu’un qui ne se résigne jamais. Et qui ne crois pas en l’impossible. Une fois un objectif fixé, je fais tout pour l’atteindre.

Votre défaut principal ?

Je suis indécis en ce qui concerne les petits détails de ma vie personnelle. Parfois, je mets des heures à choisir quoi porter ou où passer le weekend par exemple.

A part  la musique, avez-vous d’autres passions ?
Les voyages, le sport et la mer.

Quelle est votre couleur préférée ?
Le vert militaire.

Quel est votre style d’habillement préféré ?
J’aime m’habiller en sport que ce soit dans ma vie de tous les jours ou dans mes concerts. J’opte cependant pour le style classique dans les soirées. J’adore aussi les tenues militaires et les brodequins. J’ai failli même débuter une carrière de militaire avant que ma passion ne me guide vers l’Institut supérieur de Musique.

Votre succès et votre notoriété ont-ils changé votre comportement ou votre façon de voir les choses ?
Oui. Je deviens plus responsable à l’égard de mon public tant au niveau de mes choix musicaux qu’au niveau de mon discours ou mon comportement. Portant aussi la casquette de l’enseignant, je me dois de respecter l’image qu’ont mes élèves de moi.

Ceci ne pourrait se faire sans vous accabler ?
Oui, cela limite ma liberté, d’où les bienfaits des voyages d’ailleurs !

Y-a-t-il un projet ou un rêve qui vous tient à cœur ?
Ma plus grande ambition serait de faire, d’ici 4 ou 5 ans, une comédie musicale sur l’Histoire de Carthage. Évidemment, cela nécessite un budget important, une énorme équipe de travail et des effets de son et de lumière de la plus haute qualité.  D’ailleurs, j’entends me déplacer spécialement aux Etats-Unis pour faire une formation sur les comédies musicales.

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.