Fil info

Les agences de voyage votent le bras de fer contre l’administration

Les agences de voyage votent le bras de fer contre l’administration

Les agences de voyages laissent éclater leur colère face à ce qu’elles qualifient « d’inertie de l’administration ». Lors d’une assemblée générale exceptionnelle qui s’est déroulée ce samedi sous la houlette de leur syndicat professionnel de tutelle, la FTAV, elles ont décidé de mener leur combat jusqu’au bout pour défendre leurs intérêts et utiliser tous les moyens légaux pour mettre la pression sur les autorités dans le but de sauver un secteur présenté comme « au bord de la faillite ».

Cette rencontre a vite affiché la couleur et a abouti sur une batterie de recommandations déterminant la nouvelle politique de la fédération à l’égard des différentes administrations publiques en général et de celle du Tourisme en particulier. En présence de 436 agents de voyage venus de toute la Tunisie, les travaux ont démarré en présence du directeur général de l’Office national du tourisme tunisien (ONTT), Abdellatif Hammam, et de tout le bureau directeur de la FTAV.

Les interventions ont été houleuses. Au menu, les dossiers de l’Outgoing, les voyages de la Omra et du Hadj, les sociétés de services, la SNR (Sociétés nationale des Résidences ou « Montazah Gammarth »), les restrictions de la BCT face aux voyages de l’Outgoing, le circuit parallèle, l’image du tourisme tunisien à l’étranger, le rôle du ministère de tutelle, etc.

Le ministère du Tourisme pointé du doigt

Dès l’entame des travaux, la tension est montée d’un cran dans la salle qui a dénoncé « l’inertie du ministère du Tourisme face à certains dossiers urgents ». Les intervenants ont particulièrement mis l’accent sur les promesses non tenues de la ministre du Tourisme, concernant notamment les mesures de soutien annoncées au profil du secteur au lendemain des attentats de Sousse.

Pour les agents de voyage, la dernière décision prise en conseil ministériel concernant l’attribution de 50% des dossiers de Omra à la SNR a constitué la goutte ayant fait déborder le vase. « Les problèmes des agents de voyage sont nombreux et divers. L’absence d’une volonté politique permettant de faire sortir le secteur de l’ornière fait du tort aux agents de voyage. Il s’agit surtout de l’énorme gap entre la prise des décisions et leur application. On est en train de perdre du temps lors d’une conjoncture très difficile et très compliquée », ont-ils regretté.

La FTAV a considéré, ainsi, que les autorités étaient en train de tenter de faire avaler la pilule aux agents de voyage, en leur donnant des promesses sans les tenir réellement. Par ailleurs, les intervenants n’ont pas caché leur mécontentement face à l’absence physique de la ministre du Tourisme à cette assemblée générale. « La solidarité l’oblige normalement d’être présente lors de ce rendez-vous important afin de pouvoir comprendre les profonds problèmes des professionnels ».

L’organisation des voyages de Omra

Les agents de voyage ont expliqué que l’organisation des voyages de Omra est devenue vitale pour certains d’entre eux afin de pouvoir survivre. « A cause de cette crise qui frappe de plein fouet le secteur du tourisme, toutes les agences de voyage veulent travailler aujourd’hui le créneau de Omra. Des agences de voyage qui n’ont jamais pensé à enter dans ce créneau se trouvent aujourd’hui obligées de le faire. Certains agents ont dit qu’ils pourraient accepter la décision portant sur le partage des voyages de Omra entre les agences de voyage et la SNR à condition que les autorités libèrent aussi les voyages du Hadj.

Mohamed Ali Toumi, président de la FTAV (à g.) et Abdellatif Hammam, directeur général de l'ONTT.

Mohamed Ali Toumi, président de la FTAV (à g.) et Abdellatif Hammam, directeur général de l’ONTT.

Un quota supplémentaire, mais encore insuffisant

Concernant le sujet d’accorder aux agences de voyage un quota supplémentaire de devises pour l’organisation de voyages à l’étranger à l’intention des Tunisiens, la FTAV a considéré que le fait de refuser de le faire pousse les agences de voyage à travailler hors la loi. « La décision de la Banque centrale d’accorder un quota supplémentaire de 5 millions de dinars aux agences de voyage au titre de 2015 pour l’organisation des voyages dits Outgoing ne va pas résoudre le problème, puisque les agents ont des engagements à honorer d’environ 12 millions de dinars au titre de l’année 2015. D’ailleurs, la BCT a pris la décision d’accorder ces 5 millions de dinars supplémentaires depuis décembre 2015, mais rien n’a été avancé jusque-là », expliquent-ils.

Pour apaiser les esprits, Abdellatif Hammam a affirmé que le chef du gouvernement a décidé de tenir inchangée la procédure en vigueur et relative aux voyages de Omra adoptée en 2015. Cette décision a été jugée insuffisante par les agences de voyage « tant que le chef du gouvernement ne l’a pas signée ».

Feuille de route 2016

Le directeur général de l’ONTT a promis, par ailleurs, que l’année 2016 sera le début d’une relance du tourisme, tout en mettant en exergue les difficultés par lesquelles passent les pays émetteurs, surtout l’Union européenne, empêchant une relance rapide. « Les choses ne vont pas être faciles et la relance demandera de déployer beaucoup d’efforts. Certains pays européens exercent des politiques agressives pour développer le tourisme interne aux dépens de celui extérieur », avance-t-il.

Plus de 400 agents de voyages ont fait le déplacement de toute la Tunisie pour assister à l'assemblée générale exceptionnelle de leur corporation organisée à l'initiative de la FTAV.

Plus de 400 agents de voyages ont fait le déplacement de toute la Tunisie pour assister à l’assemblée générale exceptionnelle de leur corporation organisée à l’initiative de la FTAV.

A cela s’ajoute, selon ses propos, que le gouvernement a adopté une politique de promotion drastique, en réduisant le budget de 2016 à 53 millions de dinars seulement contre 70 millions de dinars en 2015. Pour lui, les priorités des réformes concernent principalement la restructuration du secteur et la résolution du problème de suremploi de l’ONTT. « Le nombre de ses employés est passé de 1100 en 2010 à 1400 actuellement pour des raisons bien connues et purement politiques », a-t-il dit. M. Hammam a ajouté que son département œuvre aussi à diversifier les produits destinés au tourisme interne et au tourisme d’affaires qui résistent encore aujourd’hui, en organisant chaque année un événementiel majeur permettant de promouvoir ce marché.

En parallèle, l’ONTT compte travailler davantage sur le marché algérien. Un accord avec l’Algérie pour renforcer le nombre de vols par semaine a été récemment signé, passant ainsi de 14 à 42 vols. L’idée est de donner la possibilité aux Algériens qui habitent à l’Ouest de l’Algérie de venir directement en Tunisie sans avoir besoin de passer d’autres villes. Il a rappelé, dans le même contexte, qu’une autre initiative a été lancée pour conquérir le marché chinois et celui irakien. Quant au sujet de la promotion de la destination tunisienne, le directeur général de l’ONTT a précisé que la communication sera réorientée plus vers le digital puisque l’affichage urbain n’a pas porté ses fruits. De plus, une décision a été prise pour réduire le nombre des marchés sur lesquels travaille l’ONTT.

Recommandations de l’AGE

In fine, les agents de voyage ont passé certaines revendications au vote. Il s’agit, d’abord, de faire appel auprès du Tribunal administratif à chaque fois où une décision risquerait de desservir le secteur. La FTAV a, en outre, revendiqué la libéralisation du Hadj, ainsi que la libéralisation totale de la Omra. De plus, les agences ont recommandé de militer pour que les dossiers de Omra ne soient signés que par le ministère du Tourisme. La révision du cahier des charges a été aussi recommandée, en vue de couper les ponts face aux sociétés de services qui constituent un circuit parallèle étouffant les agences de voyage.

Il s’agit également de boycotter la SNR et de radier de la FTAV tout agence qui travaillerait avec cette société, en justifiant cette décision par les services médiocres rendus par la société en question qui salissent l’image du tourisme et des professionnels. Après l’AGE, les agents de voyage se sont déplacés pour protester devant le ministère du Tourisme, annonçant ainsi qu’une nouvelle politique plus « agressive » sera dorénavant menée par la FTAV pour préserver les intérêts de la profession.

Esser

Ulcéréres par les conditions par lesquelles passe leur secteur, les agences de voyage sont allées manifester devant le siège du ministère du Tourisme ce samedi 9 janvier.

Ulcéréres par les conditions par lesquelles passe leur secteur, les agences de voyage sont allées manifester devant le siège du ministère du Tourisme ce samedi 9 janvier.

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.