Fil info

Le terminal de croisières de la Goulette sur le point de sombrer, on fait patienter le repreneur

Le terminal de croisières de la Goulette sur le point de sombrer, on fait patienter le repreneur

Goulette Shipping Cruise, la société qui gère le terminal de croisières de la Goulette, qui fait partie des sociétés confisquées après la révolution et actuellement sous la houlette d’Al Karama Holding, rencontre depuis l’attaque terroriste du Bardo de grandes difficultés financières. L’annulation de tous les accostages de navires de croisières depuis cette date a enfoncé la société dans une crise financière critique.

Pis encore, aucune issue ne se profile à l’horizon tant que les armateurs n’ont pas annoncé leur retour en Tunisie. Le sort de GSC demeure donc inconnu puisque ses activités sont totalement à l’arrêt. Cependant, Al Karama Holding continue à honorer les engagements financiers de la société mais avec l’argent du contribuable, sans tenter de trouver une solution sérieuse à la situation qui prévaut. D’ailleurs, Al Karama Holding s’engage actuellement à rembourser un crédit international obtenu par GSC.

La question que se pose actuellement est de savoir si la cession de la société à autrui n’aurait pas été la solution idoine. D’autant qu’une offre et non des moindres aurait été reçue.

Des Turcs intéressés

Le groupe d’investisseurs turc GPH (Global Ports Holding), qui gère plusieurs terminaux de croisière en Turquie et en Europe, dont notamment le terminal de Barcelone et celui de Lisbonne, est intéressé aujourd’hui par le Port de croisière de la Goulette dans le but de développer ses réseaux et diversifier ses produits offerts aux armateurs.

L’intérêt du groupe turc pour la Goulette ne date pas d’hier. En 2012, ce même GPH avait manifesté au gouvernement en place son ambition d’acquérir le port sous forme de concession. Le gouvernement avait alors rejeté l’offre jugée en deçà des attentes.

Depuis, le sujet n’a refait surface qu’en 2015 où, selon des sources bien informées à l’OMMP (Office de la marine marchande et des ports) et auprès de la société GSC, le groupe aurait réitéré son intention d’acquérir le terminal de croisières. Cette fois, les investisseurs turcs, pour convaincre Al Karama, aurait promis de persuader les armateurs de revenir en Tunisie.

Selon les mêmes sources, le gouvernement et Al Karama Holding auraient répondu qu’« ils allaient étudier la proposition des Turcs ». Cependant, aucun signe, jusque-là, ne prouve qu’ils comptent prendre au sérieux l’offre de GPH, surtout que la législation interdit de conclure des contrats de concession de gré à gré, les concessions ne pouvant être cédées que sous forme d’appels d’offres. En d’autres termes et en l’état actuel des choses, le terminal de croisières reste dans une situation d’enlisement total qui pourrait l’amener à sombrer totalement.

Esser  

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.