Fil info

Le calendrier très approximatif des tour-opérateurs sur la Tunisie

Le calendrier très approximatif des tour-opérateurs sur la Tunisie

Les grands tour-opérateurs étrangers continuent de déprogrammer la Tunisie et reportent à chaque fois aux calendes grecques leur retour sur la destination, au grand dam des hôteliers pour qui la saison hiver 2015-2016 est de toute évidence perdue au vu de l’état actuel du booking.

Même si les dates de reprises avancées par les T.O ne sont pas des garanties en soi, elles permettent tout au moins d’entretenir l’espoir.

Au départ du marché anglais et vu la position officielle du Foreign Office qui continue d’appeler à éviter la destination, les voyagistes Thomson et First Choice ont annoncé récemment avoir prolongé l’annulation de tous leurs vols en partance vers la Tunisie jusqu’au 22 mars 2016. Idem pour Thomas Cook qui a fixé comme nouvelle échéance le 14 février 2016 pour la reprise éventuelle de sa programmation de la Tunisie.

TUI UK est également dans la même position avec le 22 mars 2016 comme nouvelle date butoir à l’horizon (à condition que la position du ministère des Affaires étrangères ait changé entre temps), le voyagiste soulignant au passage que le manque à gagner de ses 24 hôtels non-occupés figurant dans sa production est de 40 millions d’euros, tandis que les coûts de rapatriement de ses clients après l’attentat de Sousse ont été évalués à 10 millions d’euros.

Au départ du marché belge, la situation est dans l’expectative avec un report jusqu’au 29 octobre des départs vers la Tunisie pour TUI Belgique, en attendant la position de Thomas Cook Belgique. Dans le cas de ce marché, les restrictions du ministère des Affaires étrangères belge demeurent également le principal frein au retour de la programmation de la Tunisie.

Dans cette longue litanie de déprogrammations, quelques signaux d’espoirs et de soutiens subsistent telle que l’initiative prise par le réseau français d’agences de voyages Havas qui a décidé de mettre la Tunisie en vitrine pendant 4 semaines. « C’est un signal fort que nous adressons aux voyageurs français et à nos amis tunisiens pour affirmer que nous croyons toujours en cette destination et en la capacité du pays à assurer la sécurité des touristes », affirme Michel Dinh, DG d’Havas Voyages dans un communiqué.

Mais l’actualité brûlante des derniers jours avec les attentats d’Istanbul, de Bangkok et ce qui s’est passé sur le TGV Amsterdam-Paris ne contribuent en aucune manière à encourager le touriste lambda à reprendre le chemin des destinations dites « à risque », quand bien même on lui fait miroiter des tarifs défiant toute concurrence. Le tourisme tunisien n’a pas encore fini sa traversée du désert.

D.T

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.