tunisie-thomas-cook
Fil info

En guise d’adieu à la Tunisie, Thomas Cook laisse 200 milliards d’impayés

En guise d’adieu à la Tunisie, Thomas Cook laisse 200 milliards d’impayés

tunisie-thomas-cook

L’information est tombée à l’aube ce matin, bien qu’attendue depuis hier au moins: Thomas Cook a cessé ses activités, laissant sur le carreau 600.000 passagers dans le monde et une ardoise estimée à au moins 200 milliards de millimes sur la Tunisie. Quelles leçons tirer de cette débâcle ?

C’est désormais officiel, Thomas Cook est mis en faillite. Pour le tourisme tunisien, c’est certainement un énorme tournant, mais pas non plus la fin du monde. Mis à part pour ceux qui avaient mis tous leurs oeufs dans le même panier, qui ne juraient que pas Thomas Cook et qui ne voulaient rien entendre d’autre que Thomas Cook.

Sauf que celui-ci n’était pas immortel malgré ses 180 ans d’âge. Quoique dans son parcours, il ne restait plus grand chose du voyagiste d’origine tellement il y eut entre temps de rachats, fusion-acquisitions, etc.

Selon les premiers chiffres communiqués en Tunisie, on parle d’une ardoise de 60 millions d’euros au moins, soit près de 200 milliards de millimes. Le pire, c’est que la faillite est intervenue encore une fois en fin de saison, après que le pic d’activité touristique soit passé. Et pour les professionnels tunisiens lésés, cela va faire très mal aux finances de leurs entreprises.

L’agence de voyages réceptive du groupe sera certainement la plus impactée puisqu’elle détenait l’exclusivité des touristes Thomas Cook tous marchés confondus. Ensuite, il y a tous ces hôtels qui accueillaient des clients du groupe avec des allottements différents d’un établissement à l’autre, mais certains hôtels ne travaillaient qu’avec Thomas Cook et se complaisaient dans cette situation. Pour eux, la facture va être très lourde également. Elle le sera aussi pour les aéroports qui n’ont pas été totalement réglés en matière de redevances aéroportuaires. Dans une moindre mesure, deux compagnies aériennes tunisiennes ont par ailleurs des factures en instance, pas avec de gros montants mais des factures quand même.

La fin de Thomas Cook ne signifie pas pour autant la fin du tourisme tunisien. Le voyagiste faisait tout au plus 130.000 clients. 5% de la clientèle européenne. Elle donne toutefois à réfléchir sur les comportement de nos professionnels qui étaient dans le déni, refusant jusqu’au bout d’accepter l’éventualité d’une faillite. Elle donne aussi à réfléchir sur le modèle du tour-operating classique qui perd du terrain au profit d’autres modèles plus modernes.

Cette faillite doit également donner lieu à une réflexion profonde sur le modèle touristique tunisien, sur l’absence d’assurances et garanties que l’Etat est supposé mettre en place et imposer aux opérateurs pour les protéger et se protéger.

Il y a très peu de chances pour que les professionnels lésés soient remboursés. Pour l’heure, il s’agit de rapatrier les clients du voyagiste sans faire de vagues, car il ne faut pas insulter l’avenir. Et ne pas oublier que pendant près de 4 décennies, Thomas Cook a fait le bonheur de la Tunisie et de son tourisme. Sa faillite est tout simplement la fin d’un cycle.

Hédi HAMDI

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.