Fil info

Endettement du secteur hôtelier: un début de solution annoncé

Endettement du secteur hôtelier: un début de solution annoncé

Une solution est en préparation entre la FTH (Fédération tunisienne de l’hôtellerie) et l’APTBEF (Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers) pour résoudre le problème de l’endettement du secteur hôtelier. C’est ce qui a été annoncé aujourd’hui par Khaled Fakhfakh, président de la FTH, lors d’une conférence organisée en marge du salon MIT (Marché international du tourisme) [photo ci-dessus].

Il s’agit d’un Livre blanc dont les grandes lignes ont été déjà définies. «Chaque hôtel est un cas particulier ayant ses propres dettes. Le principe est d’inviter chaque hôtelier à formuler ses propres prévisions relatives aux recettes de son unité durant les prochaines années et ce selon son Business Plan» a affirmé Khaled Fakhfakh. «À partir de ces prévisions-là, nous allons estimer sa capacité de remboursement. La première partie sera ainsi classée comme dette supportable et scindée en deux ; volet dit senior dont le remboursement commence immédiatement et volet dit junior avec acquittement ajourné», a-t-il ajouté.

«Il reste, de ce fait, les dettes insupportables qui seront reportées avec leurs intérêts jusqu’à l’exécution de son plan de restructuration. Selon les résultats obtenus, l’ardoise sera soit effacée ou soit acquittée», a encore dit le président de la FTH.

«Le remboursement de la dette se fera au cas par cas, selon les capacités de remboursement de chaque unité hôtelière. Il s’agit d’une dette senior réduite les 5 premières années, suivie d’une dette junior qui s’étalera ensuite sur 12 à 15 ans», a confirmé Samir Saied, membre de l’APTBEF et directeur général de la STB.

president_FTH_tunisie

Solution concertée

Les représentants de la FTH et des banques présents lors de la conférence ont affirmé que les solutions de restructuration précédentes avaient échoué à cause de l’approche et de la méthodologie adoptées. Entre 2012 et 2014, la dernière tentative de résolution du problème a échoué pour plusieurs raisons. D’abord, le projet n’était pas porté par la FTH. Il était aussi obligatoire et non volontaire et ne donnait pas de droit de préemption aux hôteliers. De plus, le projet n’avait tenu compte que d’impératifs purement financiers. «Le terrain d’entente trouvé avec les banquiers permettra de mettre la main dans la main pour faire réussir la nouvelle résolution. Ce qui est très important et déterminant dans l’application du projet», a estimé K. Fakhfakh.

Le gouvernement appelé à prendre position clairement

De son côté,  Ahmed El Karam, président de l’APTBEF a appelé le gouvernement à prendre une position claire concernant le rééchelonnement des échéances de 2017 et les crédits à long-terme (20-25 ans) pour le financement d’un secteur fortement capitalistique. «Les crédits devront être garantis par la SOTUGAR (Société tunisienne de garantie) ou par le fonds national de garantie, tout en imposant un modèle faisant la séparation entre les sociétés propriétaires et celles gestionnaires».

K.C

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.