Fil info

Endettement des hôtels : combien les banques leur réclament-elles ?

Endettement des hôtels : combien les banques leur réclament-elles ?

Tel un boulet de canon, les hôteliers continuent de trainer leurs dettes auprès des banques. Le montant est hallucinant: l’endettement gobal du secteur de l’hôtellerie en Tunisie serait de 4 milliards de dinars si l’on en croit les dernières statistiques de la BCT de l’année 2014. Le montant des créances classées s’élève, lui, à 2,3 milliards de dinars, qu’il faut distinguer des créances litigieuses estimées, elles, à 1,4 milliard de dinars.

Ces chiffres ont été annoncés ce matin lors d’un débat sur le thème de l’endettement du secteur touristique qui s’est déroulé à Hammamet à l’initiative de l’Association pour la promotion du tourisme tunisien.

hoteliers

Les hôteliers, qui ne peuvent plus cacher aujourd’hui la relation conflictuelle qu’ils entretiennent avec le secteur bancaire, continuent de dénoncer les pratiques en matière de conditions d’octroi des crédits. « Est-ce normal que l’on soit obligé de payer 600% du montant du crédit obtenu » s’est insurgé par exemple l’hôtelier Ridha Taktak, qui s’est demandé « quelle entreprise économique était capable de subir une telle hémorragie ? ».

De l’avis de nombreux professionnels du tourisme, les schémas de financement initiaux accordés par les banques aux hôteliers étaient « biaisés en amont ». Certains intervenants n’ont ainsi pas hésité à parler de mauvaise foi des banquiers et déploré les règlementations qui ont été mises en place, notamment en 2000, pour les protéger des « abus » que les hôteliers leur reprochent.

Autre constat soulevé, celui des banques privées frileuses dans la prise de décision. « Elles attendent de voir comment la STB, principale banque (publique) concernée par l’endettement hôtelier, va traiter le dossier pour la suivre » a-t-on entendu lors des discussions.

L'hôtelier Saïd Boujbel et le président de l'Association tunisienne des banques, Ahmed El Karm.

L’hôtelier Saïd Boujbel (à g.) et le président de l’Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers, Ahmed El Karm, ce matin à Hammamet.

Autre problématique abordée, celle du prélèvement de l’intérêt avant même la perception du principal. « Quand on vous prête 1 milliard, on vous donne 800.000 millions (de millimes) en réalité » a déclaré un autre hôtelier.

Malgré tout, le taux de la dette du secteur de l’hôtellerie ne représenterait que 7,25% du total des créances bancaires selon le président de l’Association pour la promotion du tourisme tunisien, l’avocat Hichem Hajri. Autre taux avancé: l’endettement du secteur hôtelier ne constituerait que 6% de la valeur du patrimoine hôtelier existant. Ceci étant, le foncier aurait perdu de sa valeur, une vingtaine d’hôtels actuellement mis en vente n’auraient pas trouvé preneur. Ce qui a fait dire à certains qu’il était nécessaire de procéder à une évaluation du patrimoine hôtelier.

Lors du débat, des voix se sont élevées pour dénoncer le manque de volonté politique pour la résolution du problème de la dette des hôteliers qui risque encore de s’aggraver au regard des perspectives pessimistes du secteur touristique pour 2016 et 2017.

conference_endettement_hotelier

La rencontre s’est déroulée en présence notamment d’Ahmed El Karm, président de l’Association professionnelle tunisienne des banques et des établissements financiers, et de Radhouane Ben Salah, président de la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH). La ministre du Tourisme, Selma Elloumi Rekik, qui avait annoncé initialement sa présence, s’est faite représentée à la dernière minute par le DGA de l’ONTT.

©Destination Tunisie

Photos: Berrazaga

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.