Tabarka Jazz Festival: tous les détails de l’édition 2017 Reviewed by Momizat on . Tous les détails de l’édition 2017 du Tabarka Jazz Festival ont été dévoilés lors de la conférence de presse tenue aujourd'hui à Tunis par le Comité d’organisat Tous les détails de l’édition 2017 du Tabarka Jazz Festival ont été dévoilés lors de la conférence de presse tenue aujourd'hui à Tunis par le Comité d’organisat Rating: 0
Accueil » Fil conso » Tabarka Jazz Festival: tous les détails de l’édition 2017

Tabarka Jazz Festival: tous les détails de l’édition 2017

Tous les détails de l’édition 2017 du Tabarka Jazz Festival ont été dévoilés lors de la conférence de presse tenue aujourd’hui à Tunis par le Comité d’organisation qui a affirmé sa volonté de redorer le blason de cette manifestation à caractère touristique et la faire renouer avec  son rayonnement d’antan.

Les mordus du jazz vont revivre leurs souvenirs d’avant 2004 où Tabarka Jazz Festival était fort de son succès et avait rythmé la vie des Tabarkois.

Le Comité d’organisation présidé par Nabil Ben Abdallah a annoncé la couleur des six soirées de l’édition 2017, du 22 au 29 juillet, au cours desquelles se produiront au total 10 artistes ou groupes venus de plusieurs pays, à savoir ; Etats-Unis, Cuba, Haïti, Maroc, Algérie et la Tunisie.

« Les artistes qui défileront la Basilique durant une semaine vont relancer le Tabarka Jazz Festival. L’année dernière, nous avons organisé trois soirées, mais cette année, nous revenons avec un programme plus riche et des artistes connus à l’échelle internationale. Et l’édition de 2018 sera plus forte et elle marquera une autre étape pour le festival », s’est engagé Nabil Ben Abdallah.

Le retour de l’after-show

Il a, par ailleurs, fait savoir que le cachet total des artistes cette année tourne autour de 375.000 dinars en annonçant le retour de l’after-show qui sera programmé à partir de minuit à l’hôtel Thabraka et il sera assuré par un groupe formé d’artistes américains et d’autres tunisiens du Club de jazz de Tunis.

De son côté, le porte-parole du Comité d’organisation, Belgacem Ouechtati, a confirmé que cette édition est celle de la relance du festival avec les scènes organisées à la Basilique, mais aussi des afters-shows qui se dérouleront dans l’enceinte de la mythique Basilique et dans les rues de la Cité du Corail.

« Nous aurons besoin entre 650 et 800.000 dinars. Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat nous a apporté un soutien de 350.000 dinars. Le reste du montant sera collecté grâce au soutien du ministère des Affaires culturelles et des sponsors », ont expliqué les représentants du Comité d’organisation.

Choix pertinent des artistes

Pour le choix des artistes, le Comité d’organisation s’est assuré la collaboration d’un producteur expérimenté pour élaborer la programmation artistique et assurer toute la logistique technique de l’événement. Ceci justifie d’ailleurs la qualité des artistes qui vont assurer les shows, malgré un budget un peu restreint. Ben Abdallah a rappelé par la même occasion que le budget annuel loué au Tabarka Jazz Festival avait atteint 1,4 million de dinars avant 2004.

« En 2018, le Comité accordera au Festival une dimension internationale dans le but d’attirer une clientèle étrangère venant spécialement à Tabarka pour l’événement dans le cadre de packages vendus par des tour-opérateurs qui programmeraient des vols charters directs, c’est en tout cas notre ambition » a encore ajouté le président du Comité d’organisation.

Une demande respectable

Le Comité d’organisation a souligné que le programme du festival a été mis en ligne il y a une dizaine de jours avec l’ouverture des réservations. Tous les tickets de la première soirée ont été vendus. « Nous avons mis un deuxième quota, en deux jours, il a été aussi totalement vendu. De ce fait, la première soirée sera archi-pleine. Nous comptons donc retransmettre le show via un écran géant à l’extérieur de la Basilique pour que les gens qui viennent assister à la soirée ne soient pas lésés », a dit le producteur de l’événement.

« Toutes les soirées se vendent à une cadence très respectable. Ce qui est un bon signe. Avec la conférence de presse et le début de la campagne d’affichage urbain, ainsi que la mise en ligne de la liste des hôtels, des agences de voyages et des restaurants disponibles, les choses vont bouger plus », a-t-il estimé.

Quant aux prix des tickets, les représentants du Comité d’organisation ont indiqué que le prix gradins se situe entre 25 à 50 dinars, tandis que les tarifs chaises varient entre 40 à 70 dinars.

 Programme

22 juillet : Le ton sera donné avec deux spectacles successifs la même soirée. En ouverture, le public accueillera Jowee Omicil pour un « good trip musical ». Cet artiste d’origine haïtienne né à Montréal joue un jazz aux sons des Caraïbes mais aussi d’Orient grâce à ses différentes influences et expériences. En seconde partie de soirée, c’est la grande Beth Hart qui montera sur scène. Originaire de Los Angeles, son passage à Tabarka s’annonce envoûtant avec sa célèbre voix de miel brûlé. Ses influences musicales sont le rock, le blues, le gospel, le jazz et la musique classique.

23 juillet : Deux spectacles programmés. Le premier sera celui de la diva marocaine Oum. Le public de Tabarka se laissera bercer par sa voix envoutante et les paroles poétiques de ses chansons empreintes de soul-jazz oriental. En deuxième partie de soirée sera animée par le groupe d’origine algérienne installé en France ONB (Orchestre national de Barbès).

24 juillet : un premier concert assuré par Bénarès, avec un répertoire composé de créations originales teintées d’influences Folk, Soul, Blues.

En seconde partie, c’est Sabry Mosbah qui reprendra le flambeau musical. Le public de Tabarka se délectera de sa musique qui se base sur une approche rythmique minimaliste s’inspirant entièrement de l’héritage musical tunisien avec toute sa diversité et ses richesses, revisité avec un instrumentarium inédit.

25 juillet : Roberto Fonseca, le musicien d’origine cubaine jouera les morceaux de son dernier album (ABUC) foisonnant de rythmes canailles et de cuivres gaillards.

28 juillet : la soirée sera animée par Stanley Jordan, ce guitariste, pianiste et chanteur de jazz/jazz fusion américain, connu en particulier pour sa technique de tapping qui consiste à utiliser ses deux mains polyphoniques à la guitare. Il s’agit par ailleurs de Dee Dee Bridgwater, une artiste qui emporte son auditoire dans son univers fait de blues de rêve, de jazz féminin.

29 juillet : Le guitariste, organiste et chanteur de blues américain Lucky Peterson va bouger la Basilique de Tabarka. Le Newyorkais, renommé pour ses performances à la guitare, aux claviers (l’orgue en particulier) et au micro explosera comme il sait le faire les frontières musicales et explorera le funk sous toutes ses formes pour une prestation qui s’annonce mémorable qui clôturera de la meilleure manière le Festival.

Nouveautés

Outre son Festival de Jazz, Tabarka enregistre cet été plusieurs nouveautés et notamment la réouverture de l’hôtel 4 étoiles Club Mansour sous une nouvelle appellation Thabraca Thalasso & Diving avec une capacité de 650 lits géré par le groupe hôtelier international Magic Life à travers sa filiale tunisienne Magic Hotels & Resorts. L’établissement a subi des travaux de rénovation pour sa réouverture le 1er juillet 2017.

La capacité hôtelière de Tabarka-ville dépasse ainsi les 3600 lits opérationnels au cours de l’été 2017.

 

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page