creneaux-horaires
Flash info

L’UE suspend les règles sur les créneaux aéroportuaires y compris pour les compagnies tunisiennes

L’UE suspend les règles sur les créneaux aéroportuaires y compris pour les compagnies tunisiennes

creneaux-horaires

Les compagnies aériennes qui continuaient à faire des vols à vide pour ne pas perdre leurs slots aériens vont bénéficier d’un moratoire. Les transporteurs tunisiens étaient concernés dans certains cas.

Le Conseil de l’Union européenne a voté le 30 mars la suspension des règles sur les créneaux horaires aéroportuaires jusqu’au mois d’octobre dans l’objectif d’aider les compagnies aériennes durement affectées par la crise du coronavirus et d’éviter les vols à vide. Il s’agit des règles appliquées aux pays membres de l’Union européennes qui obligent les compagnies aériennes à utiliser au moins 80% de leurs créneaux de décollage et d’atterrissage dans les aéroports européens pour pouvoir les conserver l’année suivante.

C’est-à-dire, pour garder ces créneaux d’une année sur l’autre, la législation européenne oblige les compagnies à effectuer au moins 80% des vols qui sont prévus sur leurs horaires, sous peine de perdre ces « slots ». La décision de suspendre les règles sur les créneaux horaires a été prise suite à la chute brutale et imprévue du trafic aérien à cause de la crise sanitaire du COVID-19 qui a poussé plusieurs pays à arrêter leurs vols et à fermer leurs frontières aériennes.

Il est à noter qu’au début du mois de mars dernier, The Sunday Times, le journal britannique révélait que des avions « fantômes » volaient à vide ou presque dans le ciel européen. Une chose qui a déclenché une vive polémique sur l’utilité de ces vols qui gaspillent des tonnes de kérosène chaque jour. En fait, certaines compagnies aériennes soucieuses de conserver leurs créneaux aéroportuaires étaient contraintes de continuer à faire voler leurs appareils même vides.

Règles suspendues jusqu’au mois d’octobre

Cette dérogation s’appliquera à partir du 1er mars au 24 octobre prochain et, de manière rétroactive, du 23 janvier au 29 février pour les vols entre l’UE et la Chine ou Hong Kong. Une prolongation de la mesure n’est pas exclue si la situation perdure selon le Conseil de l’Union européenne. Il est à rappeler que de telles dérogations étaient également appliquées après les attentats du 11 septembre 2001, lors de l’épidémie de Sras en 2003 et la crise financière en 2009.

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.