Fil info

Sidi Bou Saïd : l’Armée à la rescousse avant que le port de plaisance ne chavire

Sidi Bou Saïd : l’Armée à la rescousse avant que le port de plaisance ne chavire

Le constat est alarmant : le port de Sidi Bou Saïd, supposé être l’un des fleurons du tourisme de plaisance en Tunisie, recevait encore en 2010 entre 500 et 600 bateaux par an. En 2013, il n’en a reçu que 220. Aujourd’hui, 30% du port ne sont pas exploitables et 60% de la capacité d’exploitation des bateaux est bloquée.

Ce port de plaisance, qui s’étend sur plus de deux hectares et demi, vient de faire l’objet d’un plan de mise en valeur et de réhabilitation qui tend à lui conférer une nouvelle configuration digne de son emplacement et de sa notoriété au sein du bassin méditerranéen.

Sarra Titay, PDG de la Société des loisirs touristiques (SLT), relevant du ministère du Tourisme, qui gère le port, a précisé que ce plan de réhabilitation devrait commencer par une opération de dragage, action qui doit être assurée tous les 6 ans et qui a nécessité un investissement d’un million de dinars. C’est l’Armée tunisienne qui se chargera de cette mission et qui durera 3 mois pour élaguer quelque 20 000 m3 de sable.

D’autre part, le port de Sidi Bou Saïd fait l’objet d’une étude en cours menée par le bureau d’études international Maritec portant sur la réhabilitation des ouvrages et la protection du port et dont les conclusions de la première phase seront connues début juillet 2014.

L’action est à l’urgence et l’étude actuellement en cours vise à faire du port de Sidi Bou Saïd un projet pilote pour la création d’un nouveau label pour les ports de plaisance tunisiens. Le projet vise à faire accompagner le développement du port par des commerces, des structures d’animation ou encore un hôtel de charme.

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.