Portraits

Nébil Sinaoui, fervent défenseur de l’excellence

Nébil Sinaoui, fervent défenseur de l’excellence

Dans les milieux hôteliers où il a opéré de nombreuses années durant, Nébil Sinaoui s’est fait une solide réputation, celle d’être un militant inlassable  en matière de formation professionnelle pour atteindre l’excellence dans l’offre de services. A ce titre et là où il est passé, il a toujours fait de la qualité son cheval de bataille. Formellement convaincu que la formation est un gage important de qualité, il a consacré un pan entier de son activité à ce volet. Et il a de toute évidence remporté son pari haut la main.

Car après le management hôtelier, c’est vers l’industrie pâtissière qu’il s’est orienté en parfaite connaissance du terrain. L’entreprise familiale Le Gourmet, qui s’est solidement implantée dans le paysage de la pâtisserie de prestige en Tunisie depuis ces dix dernières années, compte désormais 4 points de vente sur le grand Tunis.

Une production du « Gourmet »

Le Gourmet, qu’il pilote avec son frère Amen Allah, est l’incarnation de ses aspirations. Et c’est tout naturellement pour l’entrepreneur qu’il est qu’il vient d’enchaîner sur un nouveau projet, celui de développer une activité complémentaire de traiteur de luxe. « Signature » vient en effet tout juste d’enrichir la palette d’assaisonnements qu’il s’est toujours évertué à mettre en place.

Il y a longtemps que l’idée de création d’une offre axée sur l’événementiel germait dans sa tête. Quand il a songé à  introduire « Signature » sur le marché, Nébil Sinaoui a voulu se démarquer. Eviter soigneusement de reproduire un modèle banalisé que l’on voit tous les jours et réserver aux jeunes l’espace qui sied à leur ambition, deux exigences qui l’ont guidé dans sa quête. Dans ce long cheminement, Nébil Sinaoui a décidé de s’adjuger les services d’une grosse pointure de la pâtisserie, celle du Français Luc Pasquier qui a derrière lui une longue carrière.

Le nouveau traiteur « Signature » va se positionner sur l’excellence en termes de qualité.

Ce dernier a commencé dans la gastronomie en 1976 et a gagné ses galons dans des capitales réputées pour leur raffinement. Paris, Tokyo, Pékin mais également des villes comme Istanbul, Lisbonne, Le Caire ou Alexandrie. Son savoir-faire est gravé dans le marbre d’enseignes et d’hôtels de luxe tels que Le Méridien, Relais & Châteaux, Potel et Chabot (le seul à avoir son laboratoire et son siège au cœur de Paris)… « Ce n’était pas évident de ramener un chef étoilé français de haute voltige. J’ai dû consentir des sacrifices financiers conséquents », concède le patron du Gourmet.

Du théorique à la pratique

De par son observation minutieuse des jeunes diplômés des écoles hôtelières et des centres de formation, Nébil Sinaoui a constaté des manquements et des failles qu’il convenait de combler. De là, s’est imposée presque naturellement la nécessité de fonder une « Ecole internationale de pâtisserie », destinée à faire monter en gamme l’offre du marché local en formation.  Cette nouvelle structure, appuyée par la Banque Européenne de Reconstruction et de Développement (BERD), va effectivement voir le jour et ouvrira ses portes au mois d’octobre de l’année en cours et ce en dépit d’une conjoncture qui peut paraître quelque peu défavorable. Qu’à cela ne tienne, Nébil Sinaoui est aussi un fonceur qui ne craint pas les écueils. Son école œuvrera à accompagner les jeunes talents sur les chemins de l’excellence. Pour ce faire, elle leur assurera des formations de qualité dispensées par des experts internationaux.

Yvon l’Hôtelier, grand spécialiste du métier, a été choisi pour assister à la création de l’école. Le futur établissement sera entièrement connecté afin de permettre aux futurs apprentis l’accès au savoir-faire et à l’expertise de grands noms de la pâtisserie internationale. C’est un signal fort de l’engagement et de la volonté de Nébil Sinaoui d’ouvrir de nouvelles passerelles et de rester ouvert sur le monde. Ce cap est envisagé à travers des partenariats de taille avec des organismes de formations internationaux et  la contribution de l’association française « AGIRabcd », association de retraités bénévoles agissant dans le monde entier afin d’accompagner et soutenir les jeunes dans divers corps de métier. Dès son ouverture, l’école accueillera 120 apprentis pour passer ultérieurement à 250 apprentis par saison (de 6 à 7 mois).

Yvon l’Hôtelier avec Nébil Sinaoui.

A travers ce projet, Nébil Sinaoui espère rehausser l’image du pays et aiguiser son appétit pour la pâtisserie haut de gamme. Afin d’y parvenir, il n’y a pour lui d’autres alternatives que de faire monter en grade les professionnels tunisiens en misant sur la créativité de la jeune génération. Un rêve qu’il est en passe de concrétiser.

Kémel Chebbi

 

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.