Fil info

Les grands chantiers touristiques tunisiens en 2011

Les grands chantiers touristiques tunisiens en 2011

L’année 2011 sera-t-elle une année pas comme les autres pour le tourisme tunisien ? Tout semble en tout cas indiquer que le ministère du Tourisme, dopé par la nouvelle stratégie touristique 2016, veut prendre le taureau par les cornes et s’attaquer point par point aux faiblesses actuelles. Car selon les dernières estimations, l’année 2010 se terminera avec un petit 1% d’augmentation des recettes touristiques en devises par rapport à  2009, parallèlement à  une croissance du nombre de nuitées de 4%. En d’autres termes, on a enregistré plus de nuits d’hôtels mais les touristes ont légèrement moins dépensé.

Parmi les grands dossiers que l’administration du Tourisme aura à  traiter, celui de la mise à  niveau des hôtels se situe en bonne place. L’objectif affiché est d’assurer l’adhésion à  ce programme de 340 unités hôtelières (le double du nombre actuel), à  l’horizon 2014, dont au moins 200 plans de mise à  niveau adoptés, contre 96 adoptés actuellement et représentant des investissements globaux de l’ordre de 300 millions de dinars.

Le cadre régissant la profession de directeurs d’hôtels devrait être révisé et un accent particulier sera mis sur le volet professionnel. Ces dirigeants « seront tenus d’assumer leurs responsabilités concernant les conditions relatives à  la salubrité, l’alimentation, la propreté des locaux et la sécurité des clients » a déclaré le ministre du Tourisme à  la Chambre des députés la semaine dernière. Intervenant à  l’occasion de la présentation du projet de budget de son département pour l’année 2011, Slim Tlatli n’a pas manqué d’aborder l’un des sujets qui semblent lui être devenu cher, celui des nouveaux modes d’hébergement considérés comme étant à  forte valeur ajoutée, comme les maisons d’hôtes et les gîtes ruraux pour lesquels un cahier de charges est en train d’être élaboré.

Commentaires à  chauds de certains opérateurs

Réaction d’un directeur général d’hôtel à  cette annonce : « quelle est notre part de responsabilité quand le promoteur de l’hôtel refuse de débloquer les fonds nécessaires à  la bonne marche de son établissement ?» En 2010, ce sont pas moins 6439 contrôles qui ont été effectués et qui ont abouti sur la fermeture de 23 hôtels en Tunisie, la plupart pour ne pas avoir su ou voulu répondre aux injonctions de l’administration de tutelle. Aujourd’hui, tous ont rouvert leurs portes une fois les actions de réhabilitions engagées mais au final, 156 hôtels ont été déclassés contre 16 hôtels qui ont au contraire gagné une étoile.

S’agissant de l’endettement des hôtels vis-à -vis des banques, « des solutions radicales vont être prises à  l’encontre des établissements souffrant de difficultés financières. Un audit devrait être réalisé en amont par une commission spécialisée avant la fin de l’année 2012 » a confirmé le ministre du Tourisme.

Réagissant également à  l’intérêt accordé aux maisons d’hôtes, certains observateurs bien avisés ne nient pas la nécessité de promouvoir ce segment dans le cadre de la diversification du produit touristique, mais soulignent que « les maisons d’hôtes ne sont pas une alternative au tour-operating mais un complément au tourisme tunisien dans son ensemble et que, par conséquent, il fallait leur accorder la place qu’ils méritent, ni plus ni moins ».

10 millions pour le FPZT

Le Fonds de promotion des zones touristiques (FPZT) va augmenter de 25 % en 2010 et atteindra 10 millions de dinars. Ce Fonds sert, rappelons-le, à  l’embellissement et au nettoyage des zones considérées comme touristiques.

Mais la grande nouveauté de 2011 concernera aussi et surtout l’Office national du tourisme tunisien (ONTT) qui devrait faire l’objet d’une grande restructuration. La commercialisation du produit touristique et la formation hôtelière seront désormais placées sous la responsabilité de structures indépendantes qui seront créées en association avec la profession.

Pour ce qui a trait au volet stratégique relatif à  l’utilisation des TIC dans la promotion de l’image institutionnelle de la Tunisie touristique, le but est d’adopter Internet comme fondement de tous les plans futurs. Il s’agit en outre de créer un portail pour le tourisme tunisien qui sera actualisé et suivi par l’ONTT, parallèlement au démarrage du programme « Archipel » qui vise à  créer un nombre de sites Web à  thèmes portant sur les spécificités culturelles, historiques et civilisationnelles du pays.

Objectif ultime annoncé : 10 millions de touristes en Tunisie en 2014 contre 7 millions aujourd’hui ! La partie est loin d’être gagnée.

J.R (avec la TAP)
  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.