Flash info

Marché français: 700.000 touristes dans deux ans

Marché français: 700.000 touristes dans deux ans

L’heure de la reprise a sonné sur le marché français. C’est en substance la confirmation apportée par le séminaire organisé hier à Tunis par l’Observatoire du Tourisme qui avait choisi de débattre de la stratégie à adopter pour la reprise du marché français qui a chuté de 1,4 million de touristes en 2010 à moins de 400.000 en 2016. Wahida Jaiet, représentante de l’ONTT pour la France, a annoncé au cours de cette rencontre que les objectifs fixés étaient désormais d’atteindre la barre des 700.000 touristes d’ici deux ans afin que la destination retrouve les parts de marché qu’elle a perdues au cours des 3 dernières années durant lesquelles la Tunisie était « hors circuit ».

Richard Soubielle, vice-président du Syndicat national des agences de voyages françaises, invité à l’événement, a confirmé que la Tunisie était passée de la 7e ou 8e place des destinations choisies par les Français pour se retrouver désormais à la 4e place et avec pour objectif de glaner la 3e position à l’avenir. Sans détour, Soubielle a expliqué que le produit tunisien est « un produit qui correspond au marché, à sa paupérisation, qui est aussi un marché de masse qui cible des personnes qui ont des moyens limités ».

Ce séminaire, qui a vu également la présence de plusieurs T.O d’origine tunisienne au départ de la France, a inévitablement consacré une large partie de ses discussions à l’aérien et notamment à l’Open Sky. Un sujet qui a fait débat avec les pros Open Sky et ceux qui n’y adhèrent pas, lesquels estiment que le charter demeure la meilleure réponse au modèle touristique tunisien.

Afif Kchouk, directeur de l’Observatoire et organisateur de l’événement, a souligné dans son intervention que « la réponse au tourisme français, c’était l’aérien et le siège avion ».

Auparavant, René Trabelsi, du T.O Royal First Travel, avait indiqué pour sa part que les voyagistes avaient manqué d’aérien cet été au départ de la France vers la Tunisie. « Attention d’enlever le charter. On ne peut pas remplir nos 220.000 lits sans charter » a-t-il estimé.

Ali Miaoui, directeur général adjoint de Tunisair a pour sa part prévenu que la compagnie n’était pas en mesure de « répondre à 100% des demandes qui lui étaient faites, surtout en super pointe » et ce en réponse à ceux qui estimaient que Tunisair n’avait pas mis en place de capacités aériennes suffisantes cet été pour répondre à la demande qui s’est manifestée.

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.