Flash info

Mobilisation marocaine pour détourner le flux touristique des Algériens

Mobilisation marocaine pour détourner le flux touristique des Algériens

Le journal électronique algérien «algériepatriotique» a relaté dans un article publié dernièrement que quinze agences touristiques algériennes ont été conviées par le Conseil régional du tourisme des régions de Tanger, Tétouan et Al-Hoceima pour une première prise de contact. Le Conseil cherche à leur faire connaître les potentialités dont jouit le royaume dans le domaine du tourisme, en vue d’attirer plus de touristes algériens.

Selon la même source, les autorités marocaines cherchent actuellement à attirer les touristes algériens à travers une batterie de mesures visant notamment à leur faciliter les procédures de voyage et à créer de nouvelles lignes desservant les villes de Tanger et de Fez. Un projet de création d’une ligne maritime reliant Oran à Al-Hoceima serait même à l’étude.

Le conseil régional marocain a aussi discuté avec les agents algériens intéressés de la possibilité d’établir des liaisons avec d’autres villes moins connues ou moins fréquentées par les Algériens telles que Ouezzan, El-Araiche ou Assila.

« Les Marocains semblent prêts à fournir un maximum de largesses à nos opérateurs afin de détourner au moins une partie du flux touristique algérien qui va en Tunisie. Sachant que, d’après des statistiques marocaines, seuls 20.000 touristes algériens ont visité le royaume du Maroc ces dernières années, alors qu’ils représentent 35% des touristes étrangers qui se rendent en Tunisie », lit-on encore dans le même article.

Quelles conséquences pour la Tunisie ?

Cette mobilisation de la part des autorités touristiques marocaines pour séduire les Algériens et les inviter à choisir le Maroc pour y passer leurs vacances au lieu de la de la Tunisie n’est pas bien entendu sans conséquence sur le marché tunisien puisque l’Algérie représente son plus grand marché étranger.

Ce marché a d’ailleurs sauvé en partie les saisons touristiques précédentes pour la Tunisie, et le pays table encore sur un flux touristique similaire à celui de l’année 2017. La perte d’une bonne partie de ce marché pourrait impacter le marché touristique tunisien et réduire le nombre de touristes et les recettes touristiques dans une période où le ministère du Tourisme tunisien place la barre très haut en ambitionnant d’accueillir 8 millions de touristes en 2018.

D.T    

 

 

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.