Flash info

Pourquoi la ministre du Tourisme a débarqué du vol TU 226 ce matin ?

Pourquoi la ministre du Tourisme a débarqué du vol TU 226 ce matin ?

Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a confirmé en fin de journée l’incident survenu ce matin sur le vol Tunisair 226 en partance pour Belgrade à bord duquel avait pris place la ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Selma Elloumi Rekik, accompagnée d’une délégation de son cabinet qui se rendait en Serbie pour la signature d’un accord bilatéral en matière de formation touristique.

Il se trouve que la ministre est redescendue de l’avion après avoir embarqué suite à un accrochage avec le commandant de bord de l’appareil. Celui-ci aurait effectué une annonce expliquant aux passagers que le vol était en retard à cause de l’arrivée tardive de la délégation ministérielle à bord.

Dans un communiqué officiel rendu public cet après-midi, le ministère du Tourisme et de l’Artisanat s’est défendu en indiquant que la délégation était à bord 20 minutes avant l’heure de départ prévue. « Malgré cela, le commandant de bord a utilisé le micro pour s’attaquer au ministère l’accusant de retarder le vol » a-t-il été déclaré.

Selon la version apportée par le ministère, ce sont en fait 9 passagers mineurs qui étaient en retard ainsi que d’autres passagers qui étaient sur liste d’attente.

Plus encore et selon la même source, le commandant de bord aurait été désobligeant à l’égard de la ministre ainsi que d’un membre de sa délégation, ce qui a poussé toute la délégation à débarquer.

De son côté, Tunisair n’a pas réagi à l’incident qui constitue une première du genre en Tunisie et que les réseaux sociaux n’ont pas manqué de partager tout au long de la journée avec les commentaires qui vont de pair dans ce genre de situation.

La DGAC (Direction générale de l’aviation civile) a expliqué de son côté à Destination Tunisie que ce qui s’est passé ce matin n’exige pas l’ouverture d’une enquête de sa part étant donné que seuls les incidents touchant à la sécurité ou au non respect des procédures en vigueur sont de son ressort.

Dans le cas d’espèce, la DGAC estime que l’enquête relève de la compétence unique de l’employeur (autrement dit la compagnie aérienne) qui dispose de ses propres procédures et qui jugera des suites à donner.

D.T

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.