Portraits

Tahar Khadraoui continue de faire souffler l’Air Marin

Tahar Khadraoui continue de faire souffler l’Air Marin

20 ans de militantisme touristique en faveur de la destination Tunisie. A la tête de son tour-opérateur Air Marin opérant à  partir de Genève, Tahar Khadraoui fait voyager bon an mal an jusqu’à  25.000 touristes sur la Tunisie. Nettement moins ces deux dernières années, crise tunisienne oblige, mais le voyagiste ne lâche pas prise. Sur un marché où il n’est pas rare que les T.O mettent la clé sous la porte (Planète Bleue et, dernier en date, Univair), Khadraoui se veut rassurant : «nous n’avons procédé à  aucune mise au chômage technique ; au contraire, nous avons même accordé des augmentations à  notre personnel en janvier 2013». Air Marin emploie actuellement 24 personnes en Suisse et 17 autres en Tunisie. Les résultats de 2012 n’ont certes pas encore retrouvé leurs niveaux des années d’avant, mais Air Marin a tout de même réussi l’année écoulée à  réaliser 2500 clients sur l’Egypte, 3500 sur le Maroc, un peu plus de 500 sur Dubaï et 15.800 sur la Tunisie, dont 3200 rien qu’en octobre dernier sur Djerba. «Nous avons vendu Djerba sans mentionner le mot Tunisie» explique Tahar Khadraoui. «Idem pour Sharm Echeïkh que nous vendons sans préciser que c’est en Egypte, c’est comme ça que ça marche».

Sur son marché de Suisse romande, Air Marin capitalise sur la fidélité de ses clients. En deux décennies d’existence, il a en effet réussi à  se forger une image de T.O crédible. Ses clients viennent en Tunisie plus parce qu’ils ont confiance en lui. Et quand on demande à  T. Khadraoui pourquoi est-ce qu’il se cantonne à  la Suisse romande et ne cherche pas à  percer sur la Suisse alémanique, sa réponse est on ne peut plus franche : «Kuoni et Hotelplan sont trop forts de l’autre côté. Comme dans une compétition de foot, moi je suis champion de la ligue 2».

Non sans fierté, le voyagiste tient à  souligner qu’à  ce jour, il n’a aucune dette auprès de ses partenaires, ni en Tunisie, ni ailleurs. Et pourtant, Air Marin est confronté à  une double crise : interne à  la Suisse tout d’abord, avec un franc CHF très élevé, qui pousse les Suisses à  partir plus loin, et une crise externe liée au printemps arabe. «Pendant la crise, nous ne lésinons pas sur le moyens, nous continuons à  travailler, nous rentrons dans le tas» martèle Tahar Khadraoui, comme pour dire à  ceux qui pourraient avoir des doutes que son T.O se porte toujours bien. Car il est vrai que dans les milieux hôteliers tunisiens, tout le monde n’est pas rassuré. Les impayés d’Univair ou les péripéties de Sprintours par exemple (lire) ont tendance à  ternir l’image des voyagistes de taille moyenne. Et pour donner une idée «du travail en profondeur effectué», Tahar Khadraoui n’hésite pas à  dévoiler ses chiffres : « fiscalement aujourd’hui, la valeur de l’action d’Air Marin est de 12.000 CHF, pour une valeur nominale de 4000 CHF ». Certes, en 2009, l’action du T.O valait 18.000 CHF, mais entre temps, les crises se sont succédé. « Et si l’on mesure la valeur de l’action commercialement, elle est de 20 à  25.000 CHF « .

Depuis 1992, date de son lancement, Air Marin aura donc fait voyager plusieurs centaines de milliers de touristes suisses sur la Tunisie. Il est également resté dans les annales comme l’un des touts premiers à  avoir misé sur le produit thalasso à  ses débuts, sur l’ex-Abou Nawas Boujaâfar à  Sousse, en partenariat avec son actionnaire historique, le CTKD, sa «colonne dorsale» comme il se plait à  le nommer.

Tahar Khadraoui aujourd’hui a toutefois pris un peu de recul sans pour autant s’être complètement détaché des activités d’Air Marin. Certes, ses collaborateurs de toujours (Michel Vargues et Michel Jusseaume) maintiennent le cap, mais ce sont aussi ses deux fils qui ont déjà  repris le flambeau : Mohamed Ali a intégré l’entreprise familiale il y a 4 ans en tant que directeur Marketing, et Karim il y a 2 ans en tant que directeur Financier. La relève est donc assurée. Tahar Khadraoui a, lui, d’autres projets qui lui tiennent à  coeur : politiques en Suisse et touristiques en Tunisie. A Tunis, il y a deux ans, il avait envisagé de mettre en place un nouveau concept d’éco-tourisme. Mais pour l’instant, le projet est en stand-by en attendant des jours meilleurs.

H.H

Lire aussi :

Air Marin fait atterrir Syphax à  Genève

Tahar Khadraoui, P-DG d’Air Marin : « je propose de supprimer le All Inlcusive dans les hôtels 4 et 5 étoiles »

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.