Rumeurs

Ces intox qui font mal au tourisme

Ces intox qui font mal au tourisme

Le tourisme tunisien vient d’être victime au moins à trois reprises de ses propres médias locaux ces dernières semaines.

Tout d’abord avec l’affaire du touriste russe supposé avoir été assassiné à Yasmine Hammamet. Le correspondant d’une radio privée ne s’est pas gêné pour annoncer en direct cette mort, entraînant dans la foulée un sentiment d’inquiétudes dans la station touristique.

Il s’est finalement avéré que la personne était décédée suite à une complication médicale à sa sortie de clinique. Elle y avait été admise après une mauvaise chute au sein même de l’hôtel où elle résidait alors qu’elle était en état d’ébriété. Un fait divers comme il en arrive malheureusement partout.

Seconde intox et de taille qui a semé la zizanie, celle lancée par un journal en ligne annonçant l’annulation de 50.000 réservations de Russes supposés venir en Tunisie. Là encore, il a fallu un démenti cinglant du ministère du Tourisme et un recadrage du président de la FTH pour calmer les esprits et expliquer le pourquoi du comment.

Troisième affaire, celle des pneus enflammés à Tozeur devant le restaurant touristique Le Palais barrant soi-disant la route et empêchant le premier bus touristique de la région de passer. Là encore, l’article sur Internet a fait le buzz. En réalité, ce n’était qu’un pauvre illuminé, voisin du restaurant, qui décida d’allumer un pneu en plein milieu de la chaussée, accusant les clients du Palais d’être à l’origine de la dégradation de sa voiture garée à proximité et exigeant, sous couvert de Ramadan, de procéder à la fermeture de l’établissement. Mais à aucun moment la route n’a été barrée ni un bus empêché de passer.

Dommage qu’une certaine presse ne mesure pas la gravité de ce qu’elle commet au nom de la liberté d’expression à l’égard de la Tunisie et de son tourisme.

D.T

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.