Fil info

Un marché qui bat des records mais qui inquiète malgré tout

Un marché qui bat des records mais qui inquiète malgré tout

D’ici la fin de l’année, on estime qu’il aura totalisé 298.000 touristes sur la Tunisie. Le marché russe va de toute évidence franchir en 2013 un nouveau cap jamais atteint par le passé. Sauf que les derniers événements survenus en Tunisie, et notamment la tentative d’attentat sur une plage de Sousse fin octobre, a entraîné la mise en ligne par le ministère russe des Affaires étrangères d’avertissements et de recommandations de prudence à  l’intention de ses ressortissants voyageant en Tunisie. L’impact de ces consignes est aujourd’hui redouté, notamment par l’administration du Tourisme, qui a tenu une réunion hier (photo) sur le sujet en présence du ministre du Tourisme, Jamel Gamra, et des représentants de la profession, dont notamment les deux principaux T.O tunisiens opérant sur le marché russe, Carthage Plus (Mohamed Saâdaoui) et Express Tours (Kamel Zahra, directeur de Primatours, son agence réceptive).

Globalement, il ressort à  la lumière des constatations actuelles que le marché n’a pas été affecté par les derniers événements et qu’il n’y a pas eu d’annulations importantes, à  part quelques unes signalées pour la fin de l’année. Toujours est-il qu’il est à  souligner que le marché russe ne redevient véritablement significatif qu’à  partir du mois d’avril.

Pour Mohamed Saâdaoui, patron de Carthage Holding, qui possède le T.O russe Carthage Plus et qui agit en qualité de réceptif de Biblio Globus, l’événement le plus grave pour le tourisme tunisien sur le marché russe a eu lieu le 6 février 2013 (assassinat de l’opposant Chokri Belaïd ndlr). Le responsable souligne que l’impact n’a pas touché que la Russie mais également l’Ukraine et de manière plus prononcée.

Des solutions pour ne pas rester les bras croisés

Il a donc été décidé au cours de la réunion d’intervenir tout d’abord sur le plan politique au niveau de l’ambassade de Russie en Tunisie et au niveau de la représentation diplomatique tunisienne à  Moscou pour tenter de rassurer et de transmettre des messages d’apaisement. Par ailleurs, il a été également discuté des moyens à  mettre en œuvre pour accentuer les actions de relations presse sur le marché. Malgré tout, les opérateurs tunisiens restent confiants à  l’endroit de ce marché dont le potentiel est appelé à  se développer à  l’avenir. Et pour souligner l’importance accordée à  la clientèle russe, Habib Ammar, directeur général de l’ONTT, rappelle que sur le plan investissements budgétaires promotionnels, la Russie est désormais deuxième derrière la France et devant l’Allemagne.

Mohamed Saâdaoui, pour sa part, estime que le plus urgent serait de traiter les réclamations des touristes russes en Tunisie qui reprochent l’état de saleté des villes, les relations humaines qui se sont détériorées ainsi que la qualité de service qui s’est beaucoup dégradée dans les hôtels. «Nous ne vendons plus la Tunisie pour la destination mais pour son prix, et cela est plus grave encore que l’attentat de Sousse» déplore-t-il.

Malgré tout, les T.O russes auraient prévu une augmentation comprise entre 10 et 16% de leurs capacités aériennes sur la Tunisie en 2014. Tout porte donc à  croire que l’espoir est permis quant à  une embellie de ce marché qui franchira allègrement la barre symbolique des 300.00 touristes l’année prochaine, si bien sûr la Tunisie touristique reste épargnée par les soubresauts politiques qu’elle traverse depuis 3 ans.

D.T

  •   
  •   
  •   
  •   
  •   
  •  

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.