Fil conso

Ces petits manèges bancaires à l’aéroport Tunis-Carthage

Ces petits manèges bancaires à l’aéroport Tunis-Carthage

C’est un triste spectacle qui n’est pas nouveau et qui ne semble pas être sur la voie de l’amélioration : à n’importe quelle heure de la journée, à l’aéroport Tunis-Carthage, le nombre de guichets de banques fermés est plus nombreux que ceux qui sont ouverts. Le comble, c’est qu’il y a un employé derrière chaque guichet, mais qui aura apposé un écriteau sur lequel il est écrit « fermé » même en milieu de matinée.

Certes, il y a des heures de repos légitime pour ceux qui travaillent, mais allez voir de plus près, vous constaterez qu’il y a de toute évidence des abus et de l’excès de zèle. Mais ce qui est le plus consternant, c’est le comportement des préposés à ces guichets qui sont particulièrement agressifs à l’égard des passagers, pour ne pas dire carrément hargneux.

Cette situation entraîne un spectacle affligeant, tant au niveau des guichets à l’arrivée (au rez de chaussée) qu’à celui des départs au 1e étage. Les queues sont longues et les clients souvent dépités par si peu de considération. A l’arrivée, les voyageurs ayant besoin de dinars pour sortir hors de l’aéroport sont obligés de prendre leur mal en patience. Bel accueil pour ceux qui rapportent des devises au pays qui en a tellement besoin.

Au départ, et notamment durant les flux matinaux, les Tunisiens qui changent de l’argent, qui cherchent des timbres ou même des non résidents mal informés de l’obligation du « timbre de solidarité » ont également intérêt à s’y prendre suffisamment tôt pour ne pas rater leur vol.

Au vu de ces spectacles quotidiens qui s’offrent au vu et au su de tout le monde, il y a lieu tout d’abord de se demander s’il y a une moindre autorité qui contrôle ces banques.  Sinon, comment imaginer que leurs sièges acceptent que leurs employés se comportent de la sorte et ternissent l’image des entreprises qu’ils représentent ?

Par ailleurs, l’organisation des pauses, des ouvertures et des fermetures des guichets ne répond à aucune logique. Est-il normal qu’aux heures de pointes, seules 2 ou 3 guichets soient ouverts tandis que la dizaine d’autres est fermée ?

De plus, si l’on conçoit que les banques ne peuvent disposer de toutes les monnaies convertibles, on s’étonnera toutefois d’apprendre qu’il n’y a plus d’euros ou de dollars US. Et pire encore, pas de timbres de voyages !!

Ne parlons pas du copinage et de ces employés de l’aéroport qui, flanqués de leur badge, passent directement le nez derrière la porte avec un dossier à la main pour privilégier un parent ou une connaissance pendant que le bon peuple fait la queue.

Il n’y a pas à dire, un rappel à l’ordre et une révision des procédures s’avère fondamental car ce qui se passe à l’aéroport Tunis-Carthage n’est pas uniquement une honte pour la qualité des services bancaires mais également une atteinte à l’image et à la crédibilité du pays.

La BCT et l’APTBEF sont appelées à mettre fin à cette débandade.

Hédi HAMDI

  •  
  •  
  •  
  •  

ARTICLES ASSOCIÉS

About the author

Relative Posts

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.