Nabil Chettaoui, président du Groupe Tunisair : Reviewed by Momizat on . « Le passager réclame de moins en moins de repas à  bord » « Sevenair a une obligation de service public » Des décisions seront prises pour Mauritania Airways » « Le passager réclame de moins en moins de repas à  bord » « Sevenair a une obligation de service public » Des décisions seront prises pour Mauritania Airways » Rating: 0
Accueil » Interviews » Nabil Chettaoui, président du Groupe Tunisair :

Nabil Chettaoui, président du Groupe Tunisair :

« Le passager réclame de moins en moins de repas à  bord »

« Sevenair a une obligation de service public »

Des décisions seront prises pour Mauritania Airways »

« Nous sommes en pourparlers avec Galileo »

« Deux nouveaux simulateurs pour les pilotes à  Tunis »

Prise de pouls des différentes filiales du groupe Tunisair pour s’enquérir de leur état de santé et des prescriptions décidées par le top management pour la période à  venir.

Vous avez récemment déclaré à  un quotidien en langue arabe qu’il y aurait des changements au niveau des services à  bord de la compagnie Tunisair et notamment du Catering. Doit-on comprendre de cette annonce que la compagnie se met elle aussi aux sandwichs ?

Dans le cadre de la préparation pour l’Open Sky, Tunisair est en train de mettre en place tout un plan de compression des coûts et l’aspect Catering n’en est qu’un. Cette démarche est indispensable pour rester compétitifs car, comme vous le savez, au départ de toutes les destinations, les tarifs sont orientés à  la baisse et nous ne pouvons pas être rentables avec les mêmes coûts et la même productivité. Si j’ai parlé de Catering dans ce journal à  grand tirage, c’est parce que cela impacte le passager et que les mesures internes n’intéressent pas.

En tout cas, c’est une évolution dictée par le marché, d’abord parce que le transport aérien s’est démocratisé (aujourd’hui, on ne donne pas de repas dans les bus qui sont un transport de masse). Dans la même vision, le passager réclame de moins en moins de la nourriture à  bord des avions d’autant plus que nous sommes un pays proche de notre principal marché qui est l’Europe avec un parcours moyen inférieur à  deux heures. Le passager est donc complètement indifférent aux prestations Catering. C’est bien si ces prestations sont de qualité bien entendu et si elles sont gratuites, mais ce n’est plus le motif principal du déplacement. Le rêve lié à  l’avion n’est plus le même, c’est devenu un moyen de transport comme les autres et le passager réclame ponctualité et tarif adéquat. Tout le reste n’est qu’accessoire.

Au niveau du charter, nous avons commencé à  expérimenter le sandwich au lieu du plateau avec un repas chaud ou froid (selon l’heure du vol).

 Et pour la Business Class ?

Pour la Business Class, la démarche est totalement différente. Eu égard au niveau des tarifs de cette classe, le passager est en droit de réclamer et d’avoir un service de qualité. Le Catering est un des éléments importants de cette qualité qui est important pour le passager et marginal pour la compagnie aérienne. Ce n’est pas en diminuant de la quantité ou de la qualité des prestations Catering au niveau de la Business que nous gagnons de l’argent, bien au contraire. Le discours est donc très différent entre la Business et la classe économique. Sur la Business, nous allons au contraire améliorer la qualité et renforcer les prestations.

Mauritania Airways : y a-t-il actuellement une remise en question de l’existence même de la compagnie ?

L’existence de compagnies plus grandes et plus anciennes est remise en cause tous les jours. Donc pour une compagnie jeune, encore fragile, née à  un moment très difficile (lors de la crise internationale), il est normal qu’au départ les résultats ne soient pas au rendez-vous.

Dans le groupe Tunisair, toutes les filiales sont indispensables, c’est un puzzle. Chaque pièce a sa place et est nécessaire mais aucune ne peut rester indéfiniment indispensable si elle va tirer l’ensemble du groupe vers le bas. Ce discours n’est pas valable pour Mauritania Airways uniquement, il est valable pour n’importe quelle filiale. On ne demande pas à  chaque filiale d’être profitable, on lui demande de ne pas perdre de l’argent. Si chaque filiale ne perd pas d’argent, le groupe se portera très bien. Ce discours est valable pour toutes les filiales.

Mauritania Airways a démarré avec un déficit très important et celui-ci est en train de se résorber. Malgré les difficultés de cette année, nous pensons avoir un exercice équilibré. Je pense que les choses avancent de manière acceptable bien que le niveau d’endettement vis-à -vis de Tunisair soit important. C’est pour cela que s’il y a une remise en cause, c’est par rapport à  ce niveau d’endettement. En tant qu’entreprise en elle-même, les perspectives sont bonnes et au jour d’aujourd’hui, nous sommes en train de faire son bilan et les décisions adéquates seront prises en conséquence.

Sevenair : le plan de flotte est-il toujours d’actualité et peut-on s’attendre à  une consolidation pour répondre à  la demande actuelle ? 

C’est toujours à  l’ordre du jour. Cependant, toutes les décisions prises au sein du groupe Tunisair le sont sur la base de considérations de rentabilité économique. Il ne s’agit pas de continuer un plan de flotte contre vents et marées. Si la conjoncture est bonne, si l’arrivée d’une autre machine est justifiée et va ramener une valeur ajoutée, le plan de flotte continuera à  être exécuté, sinon, il y aura un report jusqu’à  ce que l’entreprise retrouve ses équilibres financiers.

Sevenair a une obligation de service public pour desservir l’ensemble des plate-formes de l’intérieur avec un tarif qui n’évolue pas au rythme de l’industrie. C’est une difficulté que nous rencontrons, qui n’est pas propre à  Sevenair mais à  toutes les entreprises qui évoluent dans l’environnement actuel.

Dans le groupe Tunisair, toutes les filiales se portent bien. Celles qui souffrent sont les compagnies aériennes Mauritania Airways et Sevenair car leur taille et leur type de trafic ne leur permettent pas d’être rentables très facilement.

Amadeus Tunisie : avec l’ouverture du marché à  un nouveau GDS, l’entreprise ne sera plus en situation de monopole. Cela va-t-il changer quelque chose ?

Chez les équipes d’Amadeus, il a toujours été inculqué l’importance à  accorder aux clients. L’arrivée de Galileo va certainement diminuer la part du « gâteau » mais je pense que le souci de continuer d’être proches des clients (qui sont les agences de voyages), de leur offrir le service adéquat, permettra à  Amadeus de rester leader sur le marché. Nous sommes également en pourparlers avec Galileo pour voir ce que nous pouvons faire ensemble au bénéfice du passager. Je pense que c’est une évolution indispensable car nous ne pouvons plus rester dans une situation de monopole. Il faut savoir accepter l’arrivée de la concurrence, nous montrer encore plus performants et savoir perdre le minimum de parts de marché. Je dis nous car nous détenons 70 % de la NMC, la filiale marketing d’Amadeus et nous allons continuer de la soutenir ; c’est un virage qu’il faut savoir négocier.

Tunisair Handling : l’entreprise est leader sur le marché et pratique des tarifs jugés élevés par les compagnies aériennes. Pourra-t-elle affronter l’arrivée d’un nouveau Handler ?

Au départ, les tarifs de Tunisair Handling étaient négociés sur la base de la réciprocité ; c’était lorsque l’activité Handling n’était encore qu’une direction au sein de Tunisair et nous avons continué sur la même lancée. Je ne sais pas si la décision va être prise ou pas sur le court-terme ou sur le moyen-long termes pour l’arrivée d’un nouvel opérateur, toujours est-il que les tarifs sont conformes à  ce qui se fait dans l’industrie. Nous ne sommes ni plus chers ni moins chers que beaucoup de plate-formes européennes. Tunisair Handling est une entreprise qui fait gagner de l’argent au groupe, nous ne le cachons pas et il n’y a aucune raison de brader les prix alors que nous sommes en situation de monopole. Mais si jamais le gouvernement décide d’ouvrir cette activité, nous nous adapterons en conséquence par devoir avec toujours l’amélioration de la qualité des prestations fournies mais également en appliquant le juste prix et en assurant la rentabilité qui reste l’objectif majeur.

Tunisair Technics : quelles sont les grandes orientations de l’entreprise que vous avez définies au nouveau directeur général que vous venez de nommer ?

Très simple : réduction des charges, amélioration de la productivité et amener de nouveaux clients. C’est une entreprise qui commence à  être mature, qui est malheureusement encore cantonnée à  quelques clients, tous dans le giron de Tunisair ou de la Tunisie. Il est donc temps de s’ouvrir sur l’extérieur et cela ne peut se faire qu’en ayant des tarifs compétitifs. C’est la mission principale du nouveau directeur général.

Tunisie Catering : les derniers écueils sociaux ont-ils été levés ?

Oui, je le confirme. Il était, je pense, légitime pour le personnel de réclamer, à  l’instar de tout le groupe, des augmentations en conséquence de l’effort fourni. Je pense que le personnel a été satisfait dans ses revendications ; d’un autre côté, nous réclamons de ce personnel un engagement un peu plus grand, de l’amélioration de la productivité et de la qualité parce qu’à  ces deux niveaux, nous avons encore une marge de progression.

ATCT : la consolidation de l’entreprise à  de nouveaux simulateurs est-elle pour bientôt ?

Pour l’ATCT, je peux vous annoncer une bonne nouvelle : le nouveau simulateur A 320 est déjà  installé et nous avons pratiquement terminé sa certification. C’est quelque chose de révolutionnaire et même les pilotes constatent la différence. L’ancien était déjà  tellement proche de la réalité de l’avion mais le nouveau a encore apporté des avancées.

Par ailleurs, nous venons également de commencer l’installation du nouveau simulateur A 330 dans la perspective de l’arrivée de ce modèle dans la flotte de Tunisair et dans le cadre de la diversification des produits offerts par l’ATCT.

C’est une entreprise qui, malgré les difficultés rencontrées par l’industrie (baisse de l’activité et donc réduction de la formation des équipages par les compagnies aériennes étrangères), a beaucoup d’avenir. Plus de 60% du chiffre d’affaires de l’ATCT est fait à  l’export et beaucoup de compagnies asiatiques et du nord de l’Europe effectuent leur formation chez nous et c’est une des fiertés du groupe Tunisair.

Propos recueillis par Hédi HAMDI

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page