Les loueurs de voitures frappés par la crise touristique Reviewed by Momizat on . Les hôteliers et les agents de voyages ne sont pas les seuls à  faire les frais de la crise touristique. Depuis le début de l'année, ce sont 106 agences de loca Les hôteliers et les agents de voyages ne sont pas les seuls à  faire les frais de la crise touristique. Depuis le début de l'année, ce sont 106 agences de loca Rating:
Accueil » Fil info » Les loueurs de voitures frappés par la crise touristique

Les loueurs de voitures frappés par la crise touristique

Les hôteliers et les agents de voyages ne sont pas les seuls à  faire les frais de la crise touristique. Depuis le début de l’année, ce sont 106 agences de location de voitures sur un total de 486, à  l’échelle nationale, qui ont dû mettre la clé sous la porte, avec un taux plus prononcé sur la région de Hammamet. En cause, la baisse de la demande touristique habituelle. Les propriétaires des agences se sont retrouvés dos au mur et plusieurs n’ont pas pu honorer leurs engagements vis-à -vis des sociétés de leasing auprès desquelles ils avaient acquis les véhicules et qui, aujourd’hui, les poursuivent en justice.

Du côté de la Chambre syndicale nationale des agences de location de voitures, on tire la sonnette d’alarme et on exhorte le gouvernement et les autorités concernées à  agir d’urgence. Concrètement, les professionnels du secteur demandent que le ministère des Finances et la Banque centrale interviennent auprès des sociétés de leasing afin de rééchelonner leurs dettes. « Les sociétés de leasing nous ont financé, puis concurrencé et menacé » se plaignent les propriétaires des agences de location de voitures qui dénoncent ces sociétés qui auraient, selon eux, cassé les prix et déséquilibré le secteur. La chambre nationale des agences de location de voitures a, depuis trois mois, déposé une requête auprès du Conseil de la concurrence, sans vraiment aboutir à  des solutions concrètes.

Mais il n’y a pas que le tourisme qui est en cause. La chambre syndicale rappelle que secteur a été obligé de stopper ses activités pendant trois mois après la révolution du 14 janvier à  cause des rumeurs portant sur l’implication de voitures portant des plaques minéralogiques bleues (signe distinctif des voitures de location en Tunisie) dans des actes criminels durant la période de troubles au début de l’année 2011. La profession exige désormais d’être réhabilitée. « Les voitures utilisées pour semer la panique parmi les citoyens appartiennent toutes aux agences de location propriétés de la famille Trabelsi », affirme un patron d’agence de Hammamet.
Pour sortir du tunnel, les agences ont grandement besoin que soit révisé leur cahier des charges avec l’implication des professionnels du métier ainsi que la baisse du tarif de la vignette facturé au double du montant pratiqué sur les voitures particulières. En attendant peut-être le retour des touristes en 2012.

D.T d’aprèsT.A.P

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page