Béni Khédache sur la voie du tourisme authentique entre Ksour et Jessour Reviewed by Momizat on . ©Destination Tunisie- Bien loin des sentiers battus, à  25 kilomètres de Médenine dans le sud-est de la Tunisie, nichée dans un paysage ocre et rocheux entre Ks ©Destination Tunisie- Bien loin des sentiers battus, à  25 kilomètres de Médenine dans le sud-est de la Tunisie, nichée dans un paysage ocre et rocheux entre Ks Rating: 0
Accueil » Fil conso » Béni Khédache sur la voie du tourisme authentique entre Ksour et Jessour

Béni Khédache sur la voie du tourisme authentique entre Ksour et Jessour

©Destination Tunisie- Bien loin des sentiers battus, à  25 kilomètres de Médenine dans le sud-est de la Tunisie, nichée dans un paysage ocre et rocheux entre Ksour et Jessour, Béni Khédache se met au tourisme authentique et solidaire, lentement mais sûrement. Rappelons que le tourisme authentique est celui qui préserve le patrimoine et l’identité locale dans une optique de développement durable et participatif de la population.
C’est justement dans le cadre d’un programme de développement durable et solidaire qu’est né en 2008 un projet pilote intitulé « tourisme authentique autour de Béni Khédache ». Un projet qui est le fruit d’une longue coopération initiée depuis 1995 entre le département de l’Hérault (France) et le gouvernorat de Médenine (Tunisie). Les partenaires de ce projet-pilote sont le Commissariat régional au Tourisme (CRT), l’Association pour le développement durable (ADD), le Syndicat mixte du Pays Haut Languedoc & Vignobles (PHLV France). Le Conseil général de l’Hérault et le gouvernorat de Médenine soutiennent évidemment de très près cette initiative.

Ce projet a pour principal objectif la restauration et la réhabilitation du patrimoine culturel et architectural de la région afin de pouvoir l’exploiter à  des fins économiques et touristiques. Une exploitation qui doit se faire impérativement de manière consciente et intelligente compte-tenu des spécificités écologiques et environnementales de la région. Pour ce faire, le tourisme, l’artisanat et le patrimoine ont été choisis comme leviers principaux à  ce programme. Les champs d’action quant à  eux sont nombreux et impliquent tous et directement les différents acteurs économiques locaux qui doivent coopérer et œuvrer pour faire aboutir ce beau projet porteur de nombreux espoirs.

Loger chez l’habitant

L’hébergement et le patrimoine sont les premiers pôles essentiels dans ce programme qui incite à  la création de maisons d’hôtes à  partir des habitats traditionnels existants. Des initiatives en la matière font déjà  leurs premiers pas et offrent au visiteur la possibilité de loger chez l’habitant. Dar Yasmine, Dar Lamia, Dar Saber, Dar Jaddi et Dar Hayet sont des exemples concrets d’hébergements qui ont vu le jour grâce aux aides octroyées par les différents partenaires du projet. En cours de réalisation, la réhabilitation de Ksar Jouâmaa, habitations sous forme de greniers coffrés dans la pierre avec des Ghorfas (chambres), où les amateurs de sites berbères voulant vivre en mode bédouin entourés de paysages aux allures quelquefois lunaires, peuvent se loger.

Diversifier les activités

La diversification du produit touristique est aussi essentielle voire indispensable pour améliorer l’attractivité de l’endroit et faire venir touristes et visiteurs qui ont aujourd’hui besoin de bien plus qu’une simple excursion en 4×4. En effet, et pour occuper le touriste et rendre son séjour plus intéressant, de nouvelles activités culturelles et ludiques sont en train de se développer. Des circuits de randonnées pédestres et géologiques sont déjà  en place pour les adeptes de ces activités. Mais ceci n’est guère suffisant. Devraient aussi être développés : des circuits VTT, des randonnées à  dos d’ânes, des journées découvertes de plantes aromatiques et médicinales très présentes dans cette région, des stages culinaires que les propriétaires de maisons d’hôtes peuvent proposer aux visiteurs (curieux de découvrir les spécialités régionales et les produits du terroir) et, pourquoi pas, que des séances de méditation soient organisées puisque l’endroit se prête parfaitement bien à  cette pratique spirituelle en vogue.

Promouvoir la « Maison de l’Artisan »

L’artisanat est également une manne importante pour la région. Les activités artisanales sont en en train d’être redynamisées et le savoir-faire des artisans valorisé. La zone de Béni Khédache est particulièrement connue pour le travail de la laine, à  savoir le tapis, Margoum, Klim et Battania. A ce titre, la « Maison de l’Artisan » a été créée en 2010 pour valoriser et promouvoir le savoir-faire local. Six ateliers thématiques sont déjà  opérationnels et commercialisent leurs produits : chaussures traditionnelles, maroquinerie, tissage (bédouins et berbères) et bijouterie. Ce grand atelier de l’artisanat a vu le jour grâce au financement du ministère des Affaires étrangères français et à  l’initiative de l’ADD, du Conseil régional de Médenine et de l’ambassade de France. Une extension de cette maison est prévue pour augmenter la capacité de production des artisans.

Ainsi, et dans un contexte socio-économique difficile, Béni Khédache fait le pari d’un tourisme authentique, conscient et coopératif. Un tourisme qui se veut solidaire avec la population et responsable face à  l’environnement. La Tunisie, qui est en phase de repenser sa politique touristique et de reconsidérer ses choix précédents, a plus que jamais besoin de ce genre d’initiative pour sortir le secteur de l’emprise du tourisme de masse souvent insouciant de l’environnement. L’écologie, le respect de la nature et la proximité à  la population locale sont aujourd’hui d’excellents arguments de vente et des ingrédients indispensables pour un tourisme durable.

©Destination Tunisie

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page