APRES LES EVENEMENTS, LES AGENCES DE VOYAGES DE L’AVENUE BOURGUIBA PANSENT LEURS PLAIES Reviewed by Momizat on . Avec du recul, on en sourit presque aujourd'hui. Et pourtant, entre les mois de janvier et de mai, les agences de voyages Ă©tablies sur l'avenue Habib Bourguiba Avec du recul, on en sourit presque aujourd'hui. Et pourtant, entre les mois de janvier et de mai, les agences de voyages Ă©tablies sur l'avenue Habib Bourguiba Rating: 0
Accueil » Fil info » APRES LES EVENEMENTS, LES AGENCES DE VOYAGES DE L’AVENUE BOURGUIBA PANSENT LEURS PLAIES

APRES LES EVENEMENTS, LES AGENCES DE VOYAGES DE L’AVENUE BOURGUIBA PANSENT LEURS PLAIES

Avec du recul, on en sourit presque aujourd’hui. Et pourtant, entre les mois de janvier et de mai, les agences de voyages Ă©tablies sur l’avenue Habib Bourguiba à  Tunis ont vĂ©cu aux premières loges les Ă©vĂ©nements et les troubles qui s’y sont dĂ©roulĂ©s, non sans consĂ©quences sur leurs activitĂ©s et sur le moral de leurs Ă©quipes. Première concernĂ©e par les manifestations, l’agence Smaoui Voyages, en plein milieu de l’artère principale de la capitale, autrefois siège de la Swissair. Pour Moncef Smaoui, patron de l’agence ouverte en 1994, le chiffre d’affaires a basculĂ© de 30% parce que la clientèle Ă©vitait de descendre en ville. « Durant ces Ă©vĂ©nements qui n’Ă©taient pas facile, il y avait des manifestations et des groupements de personnes tous les 10 mètres, avec un pic notamment le 28 fĂ©vrier, journĂ©e marquĂ©e par un dĂ©sastre de violence et de casse jamais enregistrĂ© auparavant » rapporte M. Smaoui qui a vĂ©cu tous les Ă©vĂ©nements qui s’y sont produits au cours des dernières dĂ©cennies : les troubles de juin 1967, les Ă©vĂ©nements de janvier 1978 et ceux de janvier 1984, puis la rĂ©volution de 2011, autrement dit les grandes dates du Peuple tunisien.

Sur l’avenue Bourguiba, on retiendra en effet trois grandes pĂ©riodes de troubles en 2011 : en janvier, avant et après la chute du rĂ©gime de Ben Ali, en fĂ©vrier, après l’affaire de « Kasbah 2 », puis en mai, suite aux Ă©vĂ©nements dits de « Farhat Rajhi ». « L’avenue a toujours Ă©tĂ© le lieu de mĂ©moire de Tunis, c’est un peu les Champs-ElysĂ©es de la Tunisie » se souvient Moncef Smaoui, qui Ă©voque le passĂ© de cette artère : « j’Ă©tais là  avec Swissair depuis très longtemps, c’Ă©tait un lieu de rencontre des Ă©tudiants. L’Avenue a groupĂ© la gĂ©nĂ©ration de l’IndĂ©pendance, les jeunes diplĂ´mĂ©s et les cadres et fonctionnaires au CafĂ© de Paris ». Le seul dĂ©gât enregistrĂ© durant les Ă©vĂ©nements a Ă©tĂ© le bris de la vitrine principale de l’agence, vite remplacĂ©e (à  la charge des assurances). « Les agents de sĂ©curitĂ© du ColisĂ©e (oĂą se situe l’agence n.d.l.r) ont fait preuve de vigilance et ont fait face aux jeunes casseurs en les empĂŞchant de pĂ©nĂ©trer dans le complexe ». Quant au personnel de l’agence, Moncef Smaoui se veut reconnaissant et souligne qu’il n’y a pas eu d’absence et que celui-ci Ă©tait prĂ©sent pour rĂ©pondre aux clients par tĂ©lĂ©phone et par e-mail « bien que nous ayons rĂ©duit les horaires de travail » (à  cause notamment du couvre-feu).

A quelques dizaines de mètres de là  mais à  l’intĂ©rieur mĂŞme du ColisĂ©e, l’agence D’Alessandro Travel a, elle aussi, vĂ©cu des moments difficiles. Paradoxalement, les activitĂ©s maritimes de cette agence qui reprĂ©sente la compagnie GNV n’ont pas Ă©tĂ© touchĂ©es durant les troubles qui ont Ă©tĂ© marquĂ©s par une demande importante de Tunisiens rĂ©sidents à  l’Ă©tranger qui demandaient à  repartir en Europe à  cette pĂ©riode. Selon Karim BelaĂŻba, directeur gĂ©nĂ©ral-adjoint de l’agence, « l’activitĂ© tourisme de l’agence a chutĂ© de 80% depuis le dĂ©but de l’annĂ©e tandis que l’activitĂ© Incoming a Ă©tĂ© totalement suspendue jusqu’à  nouvel ordre. Seule la billetterie aĂ©rienne n’a pas Ă©tĂ© touchĂ©e ». SituĂ©e sur un point sensible, l’agence a vu passer en masse devant ses locaux les manifestants en fuite, sans parler des effets du gaz lacrymogène. « Nous avons dĂ» mettre un vigile à  la porte pour baisser le rideau à  chaque fois que cela bardait sur l’avenue » raconte M. BelaĂŻba. « Cela nous a permis de protĂ©ger l’accès principal mais pas le haut des vitrines qui a Ă©tĂ© brisĂ©, sans parler de l’odeur du gaz qui restait dans nos locaux ». Le personnel travaillant au sein de l’agence D’Alessandro Travel a Ă©tĂ© très affectĂ© par la situation et à  plusieurs reprises, la police lui a intimĂ© l’ordre de quitter les lieux et de fermer. A ce jour, les dĂ©gâts n’ont pas Ă©tĂ© rĂ©parĂ©s de crainte que de nouveaux troubles n’Ă©clatent.

Sur le cĂ´tĂ© opposĂ© de l’avenue, une autre agence a Ă©galement fait les frais des casseurs qui se sont mĂŞlĂ©s à  la vindicte populaire. Il s’agit d’Arabel, l’agence de voyages dirigĂ©e par Najet Achour Ben Haj et spĂ©cialisĂ©e exclusivement dans la billetterie aĂ©rienne. Petite agence mais situĂ©e sur un emplacement stratĂ©gique au premier Ă©tage d’un complexe commercial, elle a vu sa vitrine dĂ©truite par de grosses pierres et des bouteilles le 16 janvier, projectiles qui n’ont, heureusement, pas touchĂ© le reste du matĂ©riel, notamment informatique. « La crise nous a fait perdre une partie de notre clientèle (notre clientèle habituelle et celle de passage) et nous-mĂŞmes n’avons pas pu accĂ©der à  notre agence à  cause du gaz lacrymogène ». L’agence, qui a pignon sur rue depuis 13 ans, a finalement dĂ» se rĂ©soudre à  fermer ses portes une journĂ©e et demi afin de rĂ©parer les dĂ©gâts. « L’un de nos clients (le groupe Hamrouni) ainsi que la compagnie Air France ont pris en charge les frais de rĂ©paration. Amadeus nous ont Ă©galement appelĂ©s pour nous dire leur disponibilitĂ© à  nous fournir en matĂ©riel en cas de besoin ». Le soutien des partenaires a Ă©tĂ© d’un grand rĂ©confort moral, quoique la peur des Ă©vĂ©nements Ă©tait toujours prĂ©sente. « Pendant plus d’un mois, nous avons vĂ©cu dans l’insĂ©curitĂ© totale » raconte Najet Ben Haj. « Nous avons Ă©tĂ© Ă©vacuĂ©s par la police et plusieurs fois, les gens montaient pour se rĂ©fugier à  l’Ă©tage ».
Pour la responsable de l’agence, la crainte est aujourd’hui de voir des entreprises Ă©trangères quitter le pays, ce qui aurait Ă©galement de lourdes consĂ©quences sur l’activitĂ© de la billetterie aĂ©rienne en Tunisie.

D.T

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page