A Paris, le tourisme tunisien souffle le chaud et le froid Reviewed by Momizat on . Les professionnels du tourisme tunisien sont actuellement sur le pied de guerre. Du 18 au 21 septembre à  Paris, ils tentent de défendre ce qui devient de plus Les professionnels du tourisme tunisien sont actuellement sur le pied de guerre. Du 18 au 21 septembre à  Paris, ils tentent de défendre ce qui devient de plus Rating: 0
Accueil » Fil info » A Paris, le tourisme tunisien souffle le chaud et le froid

A Paris, le tourisme tunisien souffle le chaud et le froid

Les professionnels du tourisme tunisien sont actuellement sur le pied de guerre. Du 18 au 21 septembre à  Paris, ils tentent de dĂ©fendre ce qui devient de plus en plus indĂ©fendable : la destination Tunisie et son tourisme. A l’occasion de l’IFTM (ex-Top Resa), le premier salon touristique professionnel français, les opĂ©rateurs tunisiens se sont retrouvĂ©s hier sur le stand Ă©difiĂ© à  l’occasion par l’ONTT sur 154 m² dans la zone consacrĂ©e aux destinations de l’Europe et du bassin mĂ©diterranĂ©en. MalgrĂ© ce dĂ©ploiement d’efforts et la mobilisation constatĂ©e, « le coeur n’y est pas vraiment, mais personne ne baisse les bras » analyse le directeur commercial d’un hĂ´tel à  Hammamet. Car à  Paris, l’actualitĂ© tuniso-tunisienne et les dernières pĂ©ripĂ©ties survenues dans le pays ont eu un impact direct sur la bonne marche des affaires touristiques tuniso-françaises.

Alarmistes, plusieurs tours-opĂ©rateurs ont dĂ©jà  fait Ă©tat d’une chute des ventes : »alors que nous faisions environ 200 dossiers par jour, nous sommes tombĂ©s depuis vendredi [date des incidents à  l’ambassade des Etats-Unis] à  une dizaine de rĂ©servations uniquement, presque comme au moment de votre rĂ©volution en janvier 2011″ nous a dĂ©clarĂ© Laurent Abitbol, prĂ©sident-directeur gĂ©nĂ©ral du T.O Voyamar. Mais tout le monde continue d’y croire et beaucoup pointent du doigt les mĂ©dias français « qui n’ont pas Ă©tĂ© tendres dans le traitement des faits divers qui secouent la Tunisie et n’ont fait qu’enfoncer le clou » pour reprendre l’expression du directeur commercial d’une chaĂ®ne hĂ´telière.

Un hĂ´telier de Djerba pourtant ne cède pas à  la panique et « refuse de jouer le jeu des T.O qui, selon lui, sont prompts à  vouloir dĂ©moraliser les troupes afin de faire encore pression sur les prix ». Mais il est cependant des signes qui ne trompent pas: la saison hiver s’annonce particulièrement rude au vu des annulations constatĂ©es et de la stagnation des rĂ©servations. « Nous avions des groupes très importants de clients du 3e âge prĂ©vus pour cet hiver, j’ai 15% d’annulations depuis ces 3 derniers jours et je risque d’en avoir encore dans les prochains jours » dĂ©plore le directeur marketing d’un hĂ´tel à  Sousse. Toujours est-il que la demande en matière d’actions spĂ©ciales pour pousser à  la vente sont quasiment à  l’arrĂŞt. Cette situation d’attentisme, propre au marchĂ© français, n’arrange les affaires de personne. Sur le stand tunisien, le ministre du Tourisme, Elyès Fakhfakh, et son staff (notamment le DG et le directeur Marketing de l’ONTT) reçoivent à  tour de bras les T.O français qui ne font que leur confirmer leurs craintes pour le tourisme tunisien à  cause de l’instabilitĂ© politique et des troubles sĂ©curitaires qui ponctuent dĂ©sormais le quotidien du pays.

Entre 2010 et 2011, la Tunisie avait dĂ©jà  perdu plus de 40% de ses touristes français, passant de 1,385 million à  807.000 entrĂ©es. L’Ă©tĂ© 2012 a permis de combler une partie de cet Ă©cart mais par rapport à  2010, l’annĂ©e de rĂ©fĂ©rence, la tendance est demeurĂ©e encore largement nĂ©gative durant les pics de haute saison, ce qui est d’autant plus inquiĂ©tant : -31,1% en juin, -23,5% en juillet et -13% en aoĂ»t. Avant que ne surviennent les incidents de l’ambassade US à  Tunis le 14 septembre, la tendance de l’arrière-saison par rapport à  2010 s’annonçait comme suit: -14,6% pour septembre et -19,3% pour octobre « grâce » à  un autre profil de clientèle, les cĂ©libataires, les couples sans enfants et les sĂ©niors. Une tendance qui risque cependant d’ĂŞtre encore rĂ©visĂ©e à  la baisse. Initialement et selon des perspectives Ă©tablies par la reprĂ©sentation de l’ONTT à  Paris, l’objectif Ă©tait de repasser une nouvelle fois la barre psychologique du million de touristes français en Tunisie en 2012. Mais le flou a finalement laissĂ© la place au pessimisme.Dans les rangs des professionnels, la nouvelle affaire des caricatures du journal français Charlie Hebdo qui paraissent aujourd’hui font craindre une nouvelle poussĂ©e de fièvre et de nouveaux amalgames idĂ©ologiques dont le tourisme sera – comme d’habitude- la première victime collatĂ©rale. Ce qui fait dire à  un patron d’hĂ´tel de Sousse: « Ă Â  chaque fois que l’on arrive à  soulever un pied, c’est l’autre qui s’enfonce ».

 HĂ©di HAMDI 
Envoyé spécial à  Paris

Commentaire

comments

Laisser un commentaire

Destination Tunisie © 2016 Tous droits réservés - Website Designed & Developed by Wikloo Web Agency

Retour en haut de la page